Plagiat à l’université! [Cities Skylines: Campus, PC]

À force de tester des jeux de chez Paradox Interactive et des DLCs de ces mêmes jeux, j’ai gentiment fait le tour des introductions originales. On va donc faire au plus simple. Voici donc mon avis sur Campus, le nouveau DLC du très bon Cities Skylines.

Et ça va être court. Mais pas pour vous. Car pour pouvoir vous faire une opinion, il va vous falloir lire mon test du précédent DLC essayé : Parklife.

Voilà. C’est bon, vous êtes à jour? Je peux commencer?

Back to school.

Campus permet d’ajouter des universités de type « américain » dans votre ville. Trois sortes de campus sont disponibles : école d’arts, école de commerces et Université (avec un grand U). Et on y retrouve tout le folklore états-unien, avec pêle-mêle : stade de 30’000 places pour sport universitaire, fête de fin d’année avec lancer de chapeau, fraternité & sororité bullshits, etc. Autant vous dire que, d’emblée, ça vend pas de rêve au gauchiste antiaméricain primaire qu’est votre serviteur…

Et je dois pas être le seul. « Les mecs, pondez-nous ‘ouar un truc pour le marché nord-américain ». Les développeurs ne se sont donc pas foulé niveau mécanique de fonctionnement. En gros, construire (et développer) une université (car c’est de cela qu’il s’agit), cela se fait presque exactement comme un parc dans Parklife. Ils ont étoffé la chose de quelques détails, mais rien d’extraordinaire.

Un des menus du mini jeu.

Et on se retrouve à gérer sa création comme un mini jeu peu intéressant, à l’intérieur de ce formidable city-builder. C’est pas horrible, mais y a franchement pas de quoi sauter au plafond.

Comment veux tu réussir tes études sans un énorme stade de baseball...

Comment veux-tu réussir tes études sans un énorme stade de baseball ?

 

Bref, à n’acheter qu’en cas de manque et UNIQUEMENT en solde.

Et sinon, remarque personnelle pour Founet, notre grand chef bien aimé. Entre Parklife et Campus, ils ont sorti un autre DLC : Industies. Il est plutôt chouette (surtout si on le compare avec les deux autres boulets que tu m’as fait tester). Avoue, t’as fait exprès hein?

 5 bizutages/10

Ah et sinon dans les ajouts gratuits que tous les possesseurs du jeu reçoivent avec la sortie du DLC, on trouve ceci :

  • Customisation des lignes de bus (en gros on peut choisir le look des véhicules).
  • Ajouts des bibliothèques publiques.
  • Nouvelles politiques de quartier disponibles (dont Industrie 4.0 qui permet d’employer des gens hyper formés dans des usines du futur qui polluent moins).
  • Changement de la mécanique d’éducation.

Author: Zyvon

Élevé à la dure par des parents aux penchants amish, hermétiques à la technologie, l’accès aux jeux vidéo n’a pas été facile pour Zyvon. C’est en utilisant l’argent de sa bar-mitzvah, reçu lors de sa première communion, qu’il s’acheta lui-même un ticket pour les mondes diaboliques de la perversion sous la forme d’une Megadrive. #TeamSonic. Malheureusement, il vécu la crucifixion du hérisson bleu comme une trahison et renonça à jamais aux consoles, pour rejoindre les rangs bénis et accueillant de la glorieuse “PC Master Race”, en jurant qu’on ne l’y reprendrait plus. Son éducation sévère mais néanmoins rustique, lui a donné le gout des choses bien faites et faites jusqu’au bout. Zyvon est dur mais juste mais dur.

Share This Post On

Laisser un commentaire