Foobar Mange tes morts 2019 [Football Manager 2019, PC]

On va faire court, Football Manager 2019 est, du moins de mon point de vue, un excellent DLC pour Football Manager 2017 (le dernier sur lequel j’avais posé mes pattes). Voilà c’est tout pour cette news.

Comment ça c’est pas un DLC? Et il y en a eu un qui est sorti en 2018? De jeu complet vous dites? Sérieux?

En ligne de colonne! Sammlung!

Ok, alors on va faire encore plus simple:

1) Vous ne connaissez pas Football Manager, mais vous aimez gérer des équipes de foot devant un écran avec des tableaux Excel ? Foncez lire le test de Football Manager 2017 (et éventuellement achetez cette mouture 2019).

2) Vous connaissez Football Manager, mais vous n’y avez jamais joué et vous souhaitez commencer? Pareil (cf lien ci dessus).

3) Vous avez une édition 2017 ou 2018 du jeu et vous n’avez pas d’argent à jeter par les fenêtres? Passez votre chemin.

Toujours aussi magnifique.

Et le contenu du DLC jeu, sinon?

Alors en plus de la mise à jour de la base de donnée, de la licence de la Bundesliga, et de deux ou trois polissages graphiques, on retrouve pêle-mêle les améliorations suivantes:

  • Prise par la main un peu plus accentuée au début, ce qui est appréciable pour les débutants.
  • Gestion bien plus poussée de l’esprit d’équipe, des leaders de vestiaire et du moral.
  • Possibilité pour l’entraîneur d’influencer le mental en court de match, avec différents speechs depuis le bord du terrain.
  • Organisation des entraînements et des tactiques de match mieux conçue, plus agréable, intuitive et compréhensible.

Voilà on a fait le tour.

« Bon les gars, on va jouer en 7-2-1. Rémy, tu fais la carotte ok? »

Conclusion?

Ben ça aurait fait un bon DLC.

Ah un truc bien quand même: c’est jouable sur Switch, et c’est typiquement le jeu parfait pour les transports publiques. Pour ça, bravo!

Note: 4 « Quand c’est que vous faites des DLC ? » / 10

Jouable aussi sur MacOS, Linux, Switch

 

Laissez coach Zyvon gérer Xamax et on est champion dans trois mois.

 

Author: Zyvon

Élevé à la dure par des parents aux penchants amish, hermétiques à la technologie, l’accès aux jeux vidéo n’a pas été facile pour Zyvon. C’est en utilisant l’argent de sa bar-mitzvah, reçu lors de sa première communion, qu’il s’acheta lui-même un ticket pour les mondes diaboliques de la perversion sous la forme d’une Megadrive. #TeamSonic. Malheureusement, il vécu la crucifixion du hérisson bleu comme une trahison et renonça à jamais aux consoles, pour rejoindre les rangs bénis et accueillant de la glorieuse “PC Master Race”, en jurant qu’on ne l’y reprendrait plus. Son éducation sévère mais néanmoins rustique, lui a donné le gout des choses bien faites et faites jusqu’au bout. Zyvon est dur mais juste mais dur.

Share This Post On

Laisser un commentaire