Le chant des carpes [Biotope, PC]

Bon, comment me suis-je retrouvé à tester un jeu de gestion d’aquarium ? Alors une des raisons, c’est que j’ai depuis l’enfance, une sorte de relation d’amour-haine avec les poissons. J’adore l’animal, mais je trouve son goût dégueulasse. J’ai donc privilégié une approche aquariophile pour fréquenter ces graciles créatures.

Puis, y a le côté gestion/simulateur qui est associé avec votre humble serviteur dans l’organigramme secret, exigent et super select de Semper Ludo. Aquarium

Poisson ascendant connard

Me voici donc avec Biotope entre les poignes. Et l’idée derrière ce dernier, c’est de simuler la gestion d’un aquarium. Donc, comme dans la vraie vie. IRL, ça se passe d’ailleurs comme ce qui va suivre. Dans l’ordre, on achète du matériel inerte, genre un grand conteneur vitré, de l’éclairage, une pompe pour brasser l’eau et un chauffage pour la maintenir à température. Puis on remplit le bocal de liquide auquel on rajoute des cailloux ou du sable au fond. On laisse tourner le bidule vingt-quatre heures, afin de vérifier que tout fonctionne. Ensuite, on installe des plantes pour s’occuper en partie de la filtration. Puis on attend quinze jours que le cycle de l’azote se mette en place. Enfin, on teste l’eau et si ses paramètres sont bons, on peut introduire la poiscaille. Et tout ceci doit être planifié. On ne met en effet, pas n’importe quoi, n’importe comment dans n’importe quelle condition.

Voilà la bête...

Voilà la bête…

Et ensuite, au jour le jour il y a l’entretien : nettoyage, surveillance de l’eau, nourriture, et cætera. C’est tout sauf une sinécure, donc loin d’être de tout repos et toujours formidablement fun. Mais ça peut être très gratifiant quand par exemple vos prisonniers aquatiques se mettent à se reproduire. Signe généralement qu’ils sont à l’aise.

C’est d’ailleurs indéniablement l’interaction avec des êtres vivants (poissons comme plantes) qui est vraiment formidable dans le fait de posséder un Guantanamo liquide.

Comme un poisson dans l’OS aquarium

Transposer la gageure d’être garde faune aquatique d’intérieur sur un PC sans la vie ? Ben, c’est assez moyen, quoi. Rien que dans la définition d’ailleurs. Le problème, c’est que le jeu en est chiant. En fait, il manque vraiment le côté naturel de l’aquarium, qui pour moi est le plus intéressant du monde ambivalent de l’aquariophilie.

Tout devient mécanique, on passe son temps à regarder des paramètres. On se retrouve avec un simulateur de gestion de la composition chimique de l’eau.

Le tuto est, de plus et malheureusement, complètement pété (ou l’était quand je l’ai pratiqué) et on ne peut faire autrement que de mettre à mort ses petits pensionnaires. C’est dommage, parce qu’on passe presque automatiquement par là. En effet, l’interface utilisateur est plutôt mal conçue. Et donc, pour pouvoir appréhender le jeu, ce genre d’aide est nécessaire.

Il est assez joli quand il ne bouge pas.

Il est assez joli quand il ne bouge pas.

Les missions, ajoutées sans doute à l’arrache pour pimenter le tout, sont vides de sens et loin d’être amusantes. Mais c’est le seul moyen de gagner de l’argent. Nerf de la guerre pour continuer à aménager son réservoir.

Dans l’absolu, Biotope n’est pas moche, au contraire même, mais sa quête de réalisme se heurte à un aspect robotique dans l’animation des poissons. Pourtant, c’est ce qui devrait représenter la quintessence du jeu. Parce que le côté sympa d’un aquarium réside définitivement dans l’observation des immergés.

Bubble... (et c'est tout ce que cela m'inspire).

Bubble… (et c’est tout ce que cela m’inspire).

Poisson pas né (ou trop tôt)

Bref, même si on sent que ce petit jeu indé semble regorger de bonne volonté, il est, à mon humble avis, sorti beaucoup trop tôt. Et encore, il me paraît difficile de le transformer pour le rendre amusant. En conséquence, je ne vous le recommande malheureusement pas.

4 Guppys/10

Author: Zyvon

Élevé à la dure par des parents aux penchants amish, hermétiques à la technologie, l’accès aux jeux vidéo n’a pas été facile pour Zyvon. C’est en utilisant l’argent de sa bar-mitzvah, reçu lors de sa première communion, qu’il s’acheta lui-même un ticket pour les mondes diaboliques de la perversion sous la forme d’une Megadrive. #TeamSonic. Malheureusement, il vécu la crucifixion du hérisson bleu comme une trahison et renonça à jamais aux consoles, pour rejoindre les rangs bénis et accueillant de la glorieuse “PC Master Race”, en jurant qu’on ne l’y reprendrait plus. Son éducation sévère mais néanmoins rustique, lui a donné le gout des choses bien faites et faites jusqu’au bout. Zyvon est dur mais juste mais dur.

Share This Post On

Laisser un commentaire