La chaleur n’entrave pas la créativité [NIFFF Epic Games Jam 2015]

J’ai vaguement vu sur les réseaux sociaux qu’il faisait chaud. Ça en a presque occulté le fait que d’autres ont beaucoup transpiré à Neuchâtel, du 3 au 5 juillet, pour créer des jeux en 45 heures. Testez les donc, ils sortent du four.

Les résultats de la compétition ne sont pas encore donnés, mais les jeux sont déjà jouables. C’est toujours étonnant de voir ce qui peut être fait en si peu de temps. La créativité profite des courants ascendants et certains se seront brûlé les ailes sur les difficultés du code, mais dans tous les cas ce genre d’exercice mérite qu’on s’y intéresse.

Sur le thème principal de « 90% water 10% evil 5% skin », 18 jeux ont été produits. En ce qui me concerne, et sans tenir compte des objectifs fixés pour l’occasion, j’ai une préférence pour le très absurde Dolphin Bay.

Tous les jeux en accès libre ici.

dolphinthumbnail_360_0

Author: Founet

A ne pas confondre avec le village vaudois, est à peine plus jeune qu’une Famicom. Vouant un culte à George, il découvrit son amour du jeu vidéo et de la techno allemande pendant les grandes années de Lucas Arts. De ses nombreuses heures passées à cliquer lui vient son humour absurde et sa cleptomanie. Frappé d’une mystérieuse malédiction, les machines semblent se rebeller lorsqu’il les manipule ou fait mine de les regarder. Founet ne roule jamais en-dessous de 88 miles à l’heure et rêve de maîtriser la télékinésie grâce à la Force. En attendant de passer maître Jedi, il joue à la Wii U. Accessoirement rédacteur en chef, quand il arrive à se faire entendre des autres, qui mettent le son trop fort, les farceurs.

Share This Post On

Laisser un commentaire