Prends un hit, man, c’est de la bonne! [Hitman 2, PC]

Le tueur à gages le plus célèbre du jeu vidéo, l’agent 47, est de retour pour la dixième fois (si si, j’ai compté) afin d’exécuter ses contrats, et par la même occasion ses cibles. Hitman 2 reprend largement la formule du premier reboot et élargit encore les horizons. On ne change pas une équipe qui gagne.

Storyboard [Hitman 2, PS4]

Ça bouge pas, l’enfant de 6 ans en moi s’ennuie.

Hitman 2 continue l’histoire commencée par le premier. Intrigue somme toute assez banale à base de clones, d’organisation secrète, de trahisons et de contre-espionnage. Les fans apprécieront le retour de Diana pour vous guider dans vos missions (qui avait été tuée dans Hitman : Absolution, dernier titre de la franchise avant le reboot). Avec ses cinématiques statiques (ça ressemble plus à un storyboard), le jeu ne vous implique malheureusement pas assez. C’est un peu dommage, mais Hitman 2 se rattrape plus qu’amplement sur un gameplay aux petits oignons.

Carmen Santiago: Killer edition

Hippie de merde [Hitman 2, PS4]

Les déguisements sont parfois… originaux!

Commençons par les environnements : la campagne propose six lieux disséminés à travers le globe. S’y ajoutent deux missions d’entraînement qui valent, mine de rien, quand même la peine. Un des rares points négatifs vient de ces deux tutoriels / missions dans un centre d’entraînement, car ce sont les mêmes que dans le précédent jeu. Je me suis honnêtement posé la question de savoir si j’avais lancé le mauvais jeu lorsque je me suis tapé le même tutoriel après une mission d’intro pourtant bien foutue et inédite. Les maps sont, pour la plupart, immenses et proposent mille et une façons d’exécuter vos cibles. Déguisez-vous en garde de sécurité pour isoler votre victime et l’étrangler, ou encore enfilez l’uniforme d’un serveur pour empoisonner son verre de vin. Les possibilités sont multiples et Hitman propose même des mini scénarios qui vous permettront d’abattre votre cible de manière incongrue. Ces scénarios débutent généralement avec une conversation que vous entendrez quelque part sur la map. « Machin à besoin de son médicament quotidiennement et l’infirmier habite deux maisons plus loin, vous dites ? » Suivez les objectifs et très vite vous vous retrouverez à injecter une dose mortelle à votre victime.

Instinct [Hitman 2, PS4]

Si vous êtes un faible, vous pouvez utiliser un mode « instinct » pour identifier cibles et autres dangers.

Le jeu offre également un peu de narration à travers des dialogues présents durant ces scénarios. Si vous tuez vos cibles autrement, il vous sera proposé à la fin de la mission de recommencer en accomplissant spécifiquement les intrigues qui sont intéressantes d’un point de vue narratif. Les maps sont immenses, disais-je, mais n’allez pas imaginer qu’elles sont vides, ha ça non mon p’tit monsieur ! Chaque endroit de la carte dispose généralement de plusieurs chemins, des PNJ vaguant à leurs occupations, des déguisements à enfiler ou des objets à ramasser (qui n’a jamais rêvé de tuer quelqu’un avec un tournevis bien placé dans le globe oculaire hein? Comment ça, juste moi ?!).

L’influence rogue-like

Bombes [Hitman 2, PS4]

« Cher journal, aujourd’hui j’ai décidé d’utiliser la technique de la taupe kamikaze. »

Toute cette diversité amène à relancer les missions plusieurs fois et tester toutes les possibilités. Les environnements possèdent énormément de leurres à exploiter, d’armes improvisées et autres moyens de semer la mort. En effet, Hitman 2 est plutôt court si vous le jouez comme un simple jeu d’action / infiltration avec une campagne solo. Terminer l’histoire ne devrait pas prendre plus d’une dizaine d’heures, mais le mot clef dans Hitman c’est re-jou-a-bi-li-té. Si vous ne refaites pas les missions plusieurs fois pour explorer d’autres manières de mener à bien vos objectifs, vous passerez à côté de 90% du sel de ce jeu. Sans compter le système de progression à travers la planification de missions. Vous devez chaque fois choisir votre habillement, votre lieu de départ, vos armes, etc. Engrangez de l’XP en accomplissez les objectifs et vous débloquerez de nouvelles possibilités.

Corner cam 2 [Hitman 2, PS4]

La corner cam en haut à gauche et mon superbe déguisement au milieu!

L’agent 47 peut désormais se camoufler dans les buissons et dans les foules, ce qu’il ne pouvait pas faire dans le premier épisode. En même temps, avec des maps supportant des centaines de PNJ, cela devenait nécessaire. Parce que se faire repérer par un ennemi à travers une immense foule, alors qu’il ne vous reconnaît pas lorsque vous prenez le costume de son pote qui était juste parti pisser, c’était plutôt frustrant. D’autant plus que le look « chauve avec un code-barres sur la nuque » [NOTE (à effacer): ici je propose aussi: (…) le look « échappé d’un camp de concentration avec un code-barres sur la nuque… »] c’est pas exactement passe-partout. Lorsque vous échouez lamentablement à toute tentative de discrétion et que, par exemple, un corps est découvert, vous pouvez maintenant voir ce qu’il se passe grâce à un petit écran en haut à gauche, façon caméra de sécurité. Pratique, mais négligeable.

Tuer seul ou entre amis

Foule [Hitman 2, PC]

Dommage que l’agent 47 ne transporte pas d’armes lourdes comme un lance-grenades…

Rayon nouveautés, Hitman 2 propose également un mode co-op sur une carte inédite, et ce uniquement au sniper. Ne vous y méprenez pas, même là les possibilités sont multiples et vous pourrez tuer vos cibles de différentes manières. Mais la grosse nouveauté, ça reste le mode Ghost, un mode multijoueur vous permettant de vous mesurer à vos potes ou à un Jean-Kevin à l’autre bout du monde. Vous êtes sur la même map, avec les mêmes cibles (choisies aléatoirement parmi tous les PNJ de la carte), mais dans deux réalités différentes. Si vous neutralisez un garde dans votre réalité, il sera toujours là chez votre adversaire. Cependant, certains objets comme les pièces de monnaie peuvent traverser les différents plans de l’univers, tel un hippie sous LSD. Profitez-en pour faire se retourner un garde lorsque votre adversaire passe derrière lui et annihiler ainsi toutes ses chances d’abattre sa cible discrètement. C’est vraiment spécial et change énormément la dynamique du jeu. Perso, je ne suis pas fan je trouve ça encore un peu brouillon à cause des cibles aléatoires, mais j’apprécie les efforts.

Hitman 2 a également gardé le mode contrats, rempli de contenu crée par la communauté. Pas des mods non, juste d’autres missions avec des modificateurs vous forçant à remplir vos objectifs d’une certaine manière sur de nouvelles cibles (sur une map de la campagne solo). Pour créer une de ces missions, c’est extrêmement simple : imaginez ce que vous voudriez que les gens fassent. Porter tel déguisement, utiliser telle arme et aller tuer tel PNJ, etc. Une fois la mission quittée, confirmez ou non les modificateurs et les cibles à atteindre et bim ! Vous avez une nouvelle mission que vous pouvez partager avec le monde entier (Jean-Kevin sera content).

Poubelle [Hitman 2, PS4]

Heureusement que personne ne sort jamais les poubelles dans Hitman 2!

Et comme dans le premier Hitman, il existe un mode « cibles fugitives » qui est un événement limité dans le temps. Voyez ça comme un mini-DLC d’une seule mission en mode hardcore, sur une carte déjà existante, proposé gratuitement par les développeurs. Limité dans le temps, car ces missions changent et ne sont pas disponibles en permanence. Hardcore parce que vous n’aurez qu’un seul essai. Pas de sauvegardes, pas de deuxième chance. Soit vous abattez votre cible et vous vous échappez vivant, soit c’est tant pis pour vous. IO Interactive ne fait pas les choses à moitié et la première mission servie par les Danois vous demande d’assassiner nul autre que Sean Bean lui-même ! Mais si vous savez: Ned Stark de Game Of Thrones, le méchant de Goldeneye, Boromir du Seigneur des Anneaux. Enfin bref, le mec qui crève tout le temps quoi (quelle ironie)! Aucun invité prestigieux n’était mieux adapté à jouer une cible pour notre tueur à gages préféré (on nous signale qu’après une brève carrière dans le jeu vidéo, Kevin Spacey est malheureusement devenu indisponible pour des raisons inconnues).

L’infiltration pour les nuls

Fouille [Hitman 2, PS4]

Vous serez parfois obligés de laisser vos armes au vestiaire.

Qui dit infiltration, dit « PNJ qui font des rondes » et une IA à tromper. Cette dernière justement, sans être foncièrement mauvaise, n’est pas exemptes de failles exploitables. Malgré la possibilité d’explorer Hitman 2 dans des modes de difficulté plus élevés, ça ne change rien au fait que le tout est très très scripté. Les PNJ ont leur routine programmée (aussi fournie soit-elle) et un peu de patience amènera toujours à des ouvertures pour atteindre vos cibles. Les portes se referment toutes seules et les gardes sont parfois sourds / aveugles parce que vous n’êtes tout juste pas dans leur champ de vision, alors que n’importe quelle personne normalement constituée aurait remarqué le mec qui se fait étrangler trois mètres plus loin.

Hitman 2 ne fait pas partie de ces jeux que l’on hisserait au panthéon des avancées graphiques. Il est même un peu vieillot sur certains aspects (les animations et le rendu de l’eau par exemple). Mais on ne lui en veut pas trop, malgré ses quelques imperfections, comme le ragdoll qui décide parfois de partir aux fraises, quand la gestion des collisions s’en mêle. Car il faut dire que le level design est quasiment parfait et les environnements sont fournis et variés. Comme quoi, privilégier le fond plutôt que la forme donne une fois de plus de bons résultats.

Loin d’être parfait, Hitman 2 propose une expérience luxuriante qui s’avère très fun si vous aimez l’infiltration. Et c’est bien là le principal. Avec une rejouabilité quasi infinie, ce nouveau volet mérite toute votre attention. À noter que l’intégralité du premier jeu et ses DLC sont disponibles en téléchargement payant pour Hitman 2 (30 boules au moment où j’écris ces lignes, gratuit pour les possesseurs d’un abonnement PS+ durant le mois de février 2019). Pour le prix d’une édition « Collector Gold Elite Deluxe ++ », vous avez accès aux deux jeux. Une myriade de maps et des heures de gameplay en plus, alors jetez-vous dessus !

8 cordes de piano sur 10

Jeu également disponible sur PS4 et Xbox One.

Author: Marsouin

Un homme, une œuvre, une légende ! Ainsi se résume Marsouin, de son vrai nom Marcel Soupape. Il fit ses premiers pas vers la gloire avec la console NES, grâce à son mentor et modèle, son frère. Et tout de suite, c’est le tourbillon et l’enchaînement, notamment, de la Super NES, la N64, la Dreamcast (pas son meilleurs passage), Playstation, Xbox et enfin Xbox 360. Malgré une légère décadence dans son parcours, compensé notamment par sa liaison constante avec un PC, ce n’est rien comparé à la traversée du désert qui suivi. Ni les consoles, ni les PC ne furent d’intérêt pour lui, mais seulement les femmes, l’alcool, la drogue (Les Tuc) et le Djent. Un classique, mais l’histoire finit bien. Car soudain, c’est la rédemption! Contacté par Rael directement, il redécouvre son potentiel via un bol d’urine tous les matins et s’achète une PS4. Depuis le succès est à nouveau au rendez-vous, comme une annonce d’apocalypse.

Share This Post On

Laisser un commentaire