Grosses bastons chez Activision (Deadpool, Xbox 360 + Tortues ninja: Depuis les ombres, Xbox 360 Arcade)

Ne trouvez-vous pas que l’automne est arrivé très vite? C’est fou ça, j’étais en tongues et d’un coup, chaussettes et grosses chaussures. Pire encore: mettre un pull! L’angoisse. Sinon, nous allons parler de Deadpool et un peu de tortues mutantes, ce qui est bien plus intéressant que cette intro.

Dead pool Wolverine

Toujours sympa les amis qui passent rendre visite.

Tout d’abord: « La leçon Marvel du jour« ! Si Deadpool n’est pas parmi les personnage les plus connu de l’usine à super-héros Marvel, il possède un gros capital sympathie chez les lecteurs. En résumé, il a été volontaire pour subir des expériences dans le même projet « Arme X » que Wolverine. Il possède donc aussi un facteur de guérison extrêmement efficace, mais a été gravement défiguré avant que celui-ci ne devienne opérationnel. Wade Wilson, qu’il s’appelle le gaillard, pète littéralement un câble et commence à entendre des voix. Ce qui fait de Deadpool le candidat idéal pour une adaptation en jeu vidéo, au-delà de sa régénération automatique, qui colle tout bien avec la mode actuelle, c’est qu’il est le seul personnage Marvel à savoir qu’il est dans une bande dessinée! Notre ami masqué décide donc qu’il est grand temps pour lui d’augmenter sa visibilité en ayant son propre jeu vidéo.

deadpool avion

Aaah, les grands enfants…

deadpool-whirly2

On ne fait pas dans la dentelle!

Dans les comics, Deadpool plait parce qu’il ne se prend pas au sérieux, il est vulgaire, toujours dans la démesure et interpelle régulièrement le lecteur. Il a l’habitude de briser ce fameux quatrième mur et ne se prive pas de le faire dans le jeu également. Si vous ne faites rien pendant un moment sur l’écran titre, Deadpool se lèvera de son fauteuil et viendra frapper sur votre écran pour voir si vous êtes toujours là. Nous nous retrouvons ensuite avec un beat’em all tout ce qu’il y a de plus classique, violent, plutôt moche et moins dynamique que les cadors du genre. Mais suffisamment tout de même, pour qu’on prenne plaisir à découper en rondelle les vagues d’ennemis. On retiendra surtout l’humour omniprésent, Deadpool commentant la réalisation de son jeu en critiquant l’industrie actuelle et les sommes faramineuses investies ou les mécaniques trop faciles auxquelles nous sommes habitués.

Alors si vous cherchez le beat’em all du siècle passez votre chemin, mais si vous pensez que le jeu vidéo se prends souvent trop au sérieux, vos zygomatiques pourraient vous remercier en suivant les aventures du mutant masqué. Les rencontres avec d’autres personnages Marvel finiront de convaincre les amateurs de comics!

Note: 6,5 Cable sur 10

TMNT Depuis les ombres coverEt puisqu’il est question de best’em all chez Activision, je place quelques mots sur le Teenage Mutant Ninja Turtles: Depuis les ombres sorti exclusivement en ligne. Je le surveillais du coin de l’oeil depuis quelque temps et je me suis dit que vu le prix, je pouvais me laisser tenter. J’étais à la recherche de quelque chose pouvant s’approcher du fabuleux Teenage Mutant Ninja Turtles IV : Turtles In Time et son mode coop incroyable. Je pense que je n’étais pas le seul dans ce cas, car l’influence est discrète mais perceptible. On peut donc sentir une volonté des développeurs de revenir vers ce type de gameplay efficace et facile à maîtriser. Malheureusement, c’est leeeent, les combats sont tout mous. Au fil des heures de jeux, je comprends que cette lenteur est là pour permettre de placer les combos et effectivement une fois qu’on les maîtrise, les affrontements prennent une autre tournure et bénéficie d’une modélisation très stylée. A plusieurs, le plaisir est plus évident, notamment grâce aux enchaînements à effectuer en collaboration. On va dire que le prix bas (moins de 20 CHF) lui permet d’être tout à fait acceptable.

C'est souvent assez confus... et on ne peut pas inverser l'axe Y de la caméra!! En 2013?!?

C’est souvent assez confus… et on ne peut pas inverser
l’axe Y de la caméra!! En 2013?!?

Note: 4 Cowabungas sur 10

Author: Founet

A ne pas confondre avec le village vaudois, est à peine plus jeune qu’une Famicom. Vouant un culte à George, il découvrit son amour du jeu vidéo et de la techno allemande pendant les grandes années de Lucas Arts. De ses nombreuses heures passées à cliquer lui vient son humour absurde et sa cleptomanie. Frappé d’une mystérieuse malédiction, les machines semblent se rebeller lorsqu’il les manipule ou fait mine de les regarder. Founet ne roule jamais en-dessous de 88 miles à l’heure et rêve de maîtriser la télékinésie grâce à la Force. En attendant de passer maître Jedi, il joue à la Wii U. Accessoirement rédacteur en chef, quand il arrive à se faire entendre des autres, qui mettent le son trop fort, les farceurs.

Share This Post On

Laisser un commentaire