Bon biaisé de Russie [Phantom Doctrine, PC]

La Guerre Froide. Cet événement historique assez invraisemblable, qui a surtout marqué mon enfance en tant que générateur de méchants dans les films d’action et d’espionnage. C’est aussi le cadre idéal pour Phantom Doctrine et sa stratégie en tour par tour.

C’est vrai ça, les gamins d’aujourd’hui vont forcément hériter d’un bagage culturel fortement imprégné de la montée du terrorisme. L’archétype du fanatique islamiste. Mais pour nous, enfants des Raiders-deux-doigts-coupe-faim, ce sont les Russes froids et méthodiques, mais un peu lents et démunis, qui représentaient le méchant typique.

Après s’être essayé au Far West sataniste dans Hard West, le studio Creative Forge réutilise le moule de la stratégie en tour par tour. Avec un savoureux emballage empruntant des références du genre d’espionnage, on appréciera le ton fantasque, depuis la création de personnages, jusqu’aux dialogues qui parsèment le scénario (certaines vignettes de personnages sont clairement inspirés d’acteur ou actrices connus).

Le jeu propose deux campagnes distinctes, l’une avec la CIA et l’autre avec le KGB. Les objectifs et les missions ne seront pas les mêmes, mais les mécaniques de jeu, si. Puisque je suis en train de regarder Homeland (oui, je suis autant en retard avec mes séries qu’avec mes jeux, et alors ?), j’ai décidé de me servir de l’éditeur de personnage pour refaire une parfaite Carrie Mathison.

Carrie Mathison 3

La ressemblance est troublante. Non ?

Discrètement vôtre

Globalement, chaque niveau se compose de deux parties : l’infiltration, avec tout ce que cela implique de discrétion, puis le combat qui se déclenche systématiquement lorsque la première phase se termine. Ou autrement dit : dès le moment où on se plante dans sa stratégie d’approche et qu’on se fait repérer. Dès lors, plus besoin de jouer les espions, mais on sort les gros flingues. Le schéma est plutôt connu, on alterne entre action de déplacement et de combat, puis c’est au tour de l’ennemi de faire de même.

Phantom Doctrine PC infiltration

Couper les caméras reste une étape cruciale, quel que soit le plan.

Difficile de ne pas citer X-com, le papy du genre, et tout comme dans cet illustre ancêtre, lorsque les agents retournent au bercail, on se transforme en spécialiste de l’intendance en gérant les aspects logistiques. Former de nouveaux espions, soigner ceux qui n’ont pas su plonger correctement pour éviter les balles, acheter du matériel, font partie des tâches nécessaires au bon fonctionnement d’une agence. Mais le plus accrocheur vient de deux autres salles : la carte stratégique et celle des preuves.

Phantom Doctrine PC base

Il fait sombre dans cette base non? Mettez-moi quelques lampes de luminothérapie et des plantes vertes.

L’homme au panneau d’or

Une carte occupe la première de ces deux pièces. Celle-ci représente l’ensemble des pays du monde, lesquels se mettent à clignoter lorsqu’une menace est détectée. Libre au directeur d’agence que vous êtes d’y envoyer une ou plusieurs de vos recrues. Ces phases m’ont rappelé celles de certains Assassin’s Creed, où l’on dépêchait les membres du credo pour enquêter ou assassiner à tout va, mais ici en beaucoup plus trépidant. Les différentes affectations permettront de mettre à jour des complots, de débusquer des agents ennemis ou de récolter des infos confidentielles. Intervient alors la deuxième salle, celle du fameux panneau en liège sur lequel on plante des petites punaises pour relier les documents avec des ficelles. Qui n’a jamais rêvé de faire ça ? Je me souviens avoir essayé lors de mes révisions d’examens universitaires, mais je n’avais jamais pu trouver un panneau suffisamment grand [NDZyvon on tient peut-être l’explication de certains échecs initiaux! Le grand panneau en liège!].

Phantom Doctrine PC carte du monde

Au début on se centre sur le Moyen Orient, mais ensuite viendra l’Europe, puis les États-Unis et enfin le monde!

Je pense que certains s’en lasseront plus vite que moi, mais lire des textes et les relier a suffi à me plonger dans l’ambiance d’une salle de briefing enfumée. Malheureusement, cette fumée se retrouve également sur d’autres aspects du jeu et cette fois sans créer un effet de style.

Phantom Doctrine PC documents

Le budget punaises et ficelles va exploser.

L’espion que j’aurais aimé aimer

Malgré des trouvailles ingénieuses dans les phases de terrain, comme la possibilité d’utiliser des costumes pour passer inaperçu, de demander de dévoiler les positions des soldats par un observateur distant avec un télescope, ou encore de retourner certains ennemis à notre cause, Phantom Doctrine traîne quelques casseroles un peu trop bruyantes. La métaphore est malheureuse quand on parle d’un jeu appelant à la furtivité.

Pour ma part, j’ai dû commencer par affronter un vilain bug qui m’empêchait tout bonnement de continuer à jouer si je cliquais sur des documents récupérés en mission, au lieu de passer par la salle d’analyse d’abord. Le programme plantait à chaque fois. Après quelques heures de jeu, c’est un peu fâcheux. Même recharger une ancienne sauvegarde n’y a rien changé.

Phantom Doctrine PC Upgrade

Pour tout espion acheté, un fusil d’assaut offert.

J’ai donc décidé de recommencer depuis le début, en choisissant la CIA cette fois-ci. Lors de la première, j’avais opté pour les camarades à la faucille et au marteau et je dois dire que l’expérience fut également moins plaisante. Ma version du jeu n’étant qu’en anglais (apparemment, le français serait disponible sur la version commerciale), j’ai eu du mal à cerner les enjeux du scénario. Difficile de se concentrer sur les dialogues en russe (sous-titrés en anglais), pendant les phases de jeu.

Phantom Doctrine PC breach

La technique de « brèche » permet une entrée fracassante si plusieurs agents sont postés aux portes. Rien à voir, mais les temps de déplacements des ennemis lors de leurs tour de leur sont parfois vraiment longs.

Mais ce qui m’aura le plus fait grincer des dents (attention, pas celle qui contient la capsule de cyanure), c’est le système de couverture durant les séquences d’action. Les personnages, espions ou ennemis ne sont jamais planqués complètement. Les gars de Creative Forge ont imaginé une approche basée sur des statistiques, censée représenter les capacités d’appréciation de l’environnement. Il est donc tout à fait envisageable de tirer sur quelqu’un derrière une caisse (voire même à un étage différent), si le terrain laisse supposer que le personnage puisse avoir conscience de la menace. Pas très clair ? Surtout très frustrant quand on se fait allumer de partout.

Phantom Doctrine PC mécanique dégâts

Des aller-retours avec la doc du jeu ne sera peut être pas de trop.

Rien que pour vos yeux et un peu plus

L’ambiance y est, chapeau aux auteurs qui se sont fait plaisir, mais ça ne suffira pas. Les puristes du tour par tour seront probablement surpris par certaines décisions de game design et les plus néophytes (dont je fais partie) risquent d’être déroutés par nombre de mécaniques assez peu intuitives. Dommage, pour un jeu qui m’avait fait bonne impression lors de sa présentation à la Gamescom 2017. Pas totalement déplaisant, Phantom Doctrine mériterait un plus grand intérêt de la part du public, si ses imperfections peuvent être corrigées. Heureusement, le studio semble plutôt à l’écoute des joueurs et propose régulièrement des patchs correctifs. Affaire à suivre…

Note : 5/10

Également disponible sur PS4

 

Author: Founet

A ne pas confondre avec le village vaudois, est à peine plus jeune qu’une Famicom. Vouant un culte à George, il découvrit son amour du jeu vidéo et de la techno allemande pendant les grandes années de Lucas Arts. De ses nombreuses heures passées à cliquer lui vient son humour absurde et sa cleptomanie. Frappé d’une mystérieuse malédiction, les machines semblent se rebeller lorsqu’il les manipule ou fait mine de les regarder. Founet ne roule jamais en-dessous de 88 miles à l’heure et rêve de maîtriser la télékinésie grâce à la Force. En attendant de passer maître Jedi, il joue à la Wii U. Accessoirement rédacteur en chef, quand il arrive à se faire entendre des autres, qui mettent le son trop fort, les farceurs.

Share This Post On

Trackbacks/Pingbacks

  1. Niels Weber - […] Globalement, chaque niveau se compose de deux parties : l’infiltration, avec tout ce que cela implique de discrétion, puis le…

Laisser un commentaire