Au sombrero de la mère [El Hijo, A Wild West Tale]

En matière de jeux familiaux, j’aurais pu facilement vous recommander Super Mario 3D World, et surtout son appendice Bowser’s Fury, sortis sur Switch il y a peu. Mais je vais profiter de l’occasion pour orienter les projecteurs sur une production d’envergure plus modeste qui mérite toute votre attention: El Hijo, pour tous les enfants, petits et (très) grands.

Dans ce jeu développé par Honig Studios (Allemagne), on incarne un petit garçon placé dans un monastère par sa mère, à la suite du décès de son père et l’incendie de leur ferme. Les décors sont superbes et pourraient provenir d’un film d’animation. L’ambiance sent bon le western, mais plutôt du côté mexicain du Rio Grande. Il s’agit typiquement d’un jeu qui permet de « faire comme les grands ». Si les adultes ont leurs jeux d’infiltration (Assassin’s Creed, Hitman, Metal Gear Solid, etc.), El Hijo en reprend les mécaniques principales, mais adaptées à un public plus jeune.

El Hijo - A Wild West ombres et lumières

Toutes les zones d’ombres offrent du répit puisqu’on y est invisible. C’est de la lumière dont il faut se méfier.

Ainsi dans sa quête de revanche et de liberté, le petit garçon doit traverser les niveaux discrètement, sans se faire repérer par les adultes. Pour cela, il peut faire preuve d’espièglerie en se cachant ou en usant de quelques babioles pour détourner l’attention des moines. Ceux-ci le ramèneront à l’entrée s’ils le voient. Il y a régulièrement plusieurs chemins à choix et les niveaux proposent de faire successivement appel à l’adresse et à la réflexion.

El hijo - a wild west tale vision

On peut afficher d’une pression les angles de vision qu’il faut éviter.

 

El Hijo - A Wild West extérieur

En extérieur les décors sont encore plus jolis, mais aucun relâchement dans le travail des moines !

De l’hombre à la lumière

Au-delà du soin tout particulier apporté à la direction artistique, j’ai apprécié l’idée qu’on puisse incarner un enfant traversant le monde étrange des adultes. C’est une belle métaphore de l’enfance, durant laquelle les grandes personnes représentent à la fois la sécurité, mais également le danger. Pas au sens d’une réelle mise en danger, mais plutôt le risque par le cadre, celui qui vient interrompre l’aventure, qui coupe court à la transgression.

El Hijo - A Wild West Tale enfants

D’autres enfants sont disséminés dans les niveaux. Les débusquer les insistera à lâcher un peu leurs travaux pour s’amuser.

 

El Hijo, demande des efforts de patience et de persévérance, deux compétences qu’il est toujours bon d’entrainer chez les enfants (et les plus âgés aussi…). On relèvera tout de même un manque de réactivité parfois, lorsque l’on appuie sur le bouton pour s’accroupir et qu’il ne se passe rien. Le jeu présente néanmoins l’avantage de proposer de nombreuses sauvegardes en cours de parcours. Il n’y aura donc aucun problème à mettre fin à une partie lorsqu’il sera temps de troquer le poncho pour le pyjama.

Note: 9 ponchos sur 10

Testé sur Stadia. Également disponible sur PC, Switch, Xbox One et PS4.

 

Author: Founet

A ne pas confondre avec le village vaudois, est à peine plus jeune qu’une Famicom. Vouant un culte à George, il découvrit son amour du jeu vidéo et de la techno allemande pendant les grandes années de Lucas Arts. De ses nombreuses heures passées à cliquer lui vient son humour absurde et sa cleptomanie. Frappé d’une mystérieuse malédiction, les machines semblent se rebeller lorsqu’il les manipule ou fait mine de les regarder. Founet ne roule jamais en-dessous de 88 miles à l’heure et rêve de maîtriser la télékinésie grâce à la Force. En attendant de passer maître Jedi, il joue à la Wii U. Accessoirement rédacteur en chef, quand il arrive à se faire entendre des autres, qui mettent le son trop fort, les farceurs.

Share This Post On

Laisser un commentaire