Gamescom 2016: Watch_dogs 2, un Mars, et ça repart!

Pourquoi se priver d’une formule qui marche? Ubisoft ne se pose pas la question et nous ressert un nouveau Watch_dogs dans quelques semaines.

Les suites de jeux vidéo, c’est comme les Jeux Olympiques: plus vite, plus haut, plus fort. Dans le cas de Watch_dogs 2, ce serait plutôt plus grand, plus beau, plus de gadgets. En détail, la zone jouable n’est autre que la ville colorée de San Francisco et faubourgs – de quoi refaire le marathon – et le kit du parfait petit hacker a été revu et augmenté. Modernité oblige, un drone a trouvé sa place dans le sac à dos, juste à côté de la voiture télécommandée. Le drone ne sert pas qu’à prendre des selfies et est utile pour repérer les lieux avant une infiltration. A noter au passage que les missions prennent désormais une dimension plus verticale grâce à l’hélicoptère de poche. Trop paresseux pour se chercher une bière au frigo? Pas de souci, j’envoie René (je viens de le baptiser) mon gadget à roulettes favori! Cette merveille d’ingénierie peut se faufiler à l’abri des regards, presser des boutons grâce à son doigt télescopique et même bondir comme un plombier. René peut aussi faire diversion pour me permettre de gagner du temps et terminer la mission, ce qui est quand même sa fonction primaire, après le transport de boisson.
Comme tout est cool et moderne à SF, c’est via smartphone qu’on reçoit les missions et qu’on obtient des applis de hacker. L’intrigue tourne autour de la politique, avec un groupe de nobles pirates qui veulent « sauver la démocratie » d’un membre du Congrès malfaisant, qui utilise les réseaux sociaux pour manipuler le peuple, car « non, nous ne sommes pas des marionnettes ». Hum bref je ne vais pas m’attarder là-dessus… Marcus, notre héros noir – qui a dit « quotas ethniques » au fond de la salle? 10 points pour Gryffondor! – est pro de parkour et d’arts martiaux et peut toujours « emprunter » des véhicules et pirater à distance tout ce qui ne fonctionne pas au charbon (et encore). Autre nouveauté majeure de ouatche-souligné-dogze 2: le mode coopératif multijoueur en ligne. Certaines missions peuvent être effectuées avec le soutien d’un autre joueur, qui peut par exemple utiliser Céline-le drone pour repérer le terrain et distraire les gardes. Un bon timing est nécessaire pour coordonner les actions, car l’affrontement direct est rarement la meilleure solution, croyez-moi j’ai essayé. Au terme de la mission, en plus de la récompense prévue, on peut prendre un selfie avec son comparse, sur fond de voiture volée empruntée, comme dans la vraie vie quoi!
Certains plats sont bons, voire meilleurs, réchauffés. C’est l’impression que je garde de watch_dogs 2; on sait un peu ce qui nous attend, mais on sait que ce sera bon. Je suis tout de même un peu partagé, car faire un deuxième opus rend le premier jeu moins original dans son genre. De toute façon, cette visite chez Ubisoft m’a laissé une autre expérience inoubliable: les explications durant la démo données par une adorable membre du staff, en québécois. Et ça, ça n’a pas de prix.

Sortie prévue le 15 novembre sur PS4, Xbox One et PC.

Author: Vertigo

Un jour de départ à la Gamescom, une gastro foudroyante avait terrassé pratiquement l’ensemble de la rédaction de Semper Ludo. C’est donc sur un quai de gare que fût recruté Vertigo, à titre de stagiaire porte-gobelet. Il aurait pu s’appeler Augustin, mais non. Le pérégrin sillonnait la région, à pied nus, bien dans ses baskets, en quête d’une pauvre âme à soulager d’un fardeau, d’un prochain à aider ou d’une veuve à dés-éplorer. Sa 3DS ne quitte jamais sa poche et il est doté d’une connaissance de la culture japonaise éclairée et d’une sagesse mystique lorsqu’il s’agit de refuser les petits fours d’un éditeur véreux (ceux aux anchois). Il boxe dans la catégorie Nintendo depuis la NES, mais ne rechigne pas à tâter du PC et sait lire dans les étoiles les mouvements de ses adversaires sur Towerfall. Vertigo a ainsi embrassé (avec la langue) la cause semperludienne et a su prouver sa valeur en gagnant ses galons de chroniqueur. Certaines rumeurs et Paris Match affirment qu’il est capable de parler aux yoshis les soirs de pleines lunes et qu’il les rejoindra lorsque le moment sera venu. En attendant, on lui demande juste de rendre ses textes.

Share This Post On

Laisser un commentaire