Port du casque obligatoire [Logitech G Pro X]

Le dialogue, c'est fondamental. La communication, c'est essentiel. Bien se faire comprendre quand on hurle à ses baltringues de coéquipiers que le type est là, juste lààà, à côté du buisson, c'est capital.

Logitech a donc entendu notre appel de détresse et nous a fait parvenir un exemplaire du dernier né de leur ligne de casques gaming, le G Pro X. Il a débarqué avec son cordon ombilical, puisque c'est la version filaire que nous avons testée. Ce qui représente plutôt un avantage selon nous, pas besoin de se soucier de la capacité d'autonomie.

De bonne facture et à fière allure dans son écrin tout en carton, la nature le remercie. Excellent points écologique! Bye bye les emballages plastiques sur lesquels on s'écharpe les doigts pour les ouvrir. Le G Pro X bénéficie également d'un soin particulier au niveau de la qualité sonore (le contraire serait quand même un comble).

 

Je suis un studio d'enregistrement à moi tout seul

Au-delà du surround 7.1 annoncé par la fiche technique, c'est surtout le petit amplificateur Blue Vo!ce (merci l'équipe marketing) qui s'installe via le soft Logitech G HUB. Ce dernier gère les réglages pour toute la gamme Gaming du constructeur. Et il fait son effet. En branchant le casque sans ce dernier, l'utilisation en simple jack est polyvalente et convaincante (par exemple, en nomade sur un smartphone). Mais devant le PC, passer par l'USB permet de moduler le micro mais aussi l'audio de manière plus pointue. Il est également possible d'utiliser les préréglages de vos e-sportifs préférés (enfin ceux qui sont défrayés par Logitech) via une sélections dans les menus.

La voix bleue en image.

Si à première vue, les possibilités sont assez restreinte au niveau du hardware (par comparaison avec mon vieux Turtle Beach Px22 qui dispose d'un boîtier de réglages), c'est ici le software qui permet un équilibrage encore plus fin. En tout cas, j'ai pu faire entendre ma voix de manière à convaincre tout le monde dans Among Us.

Le serre-tête est assez rigide, ce qui donne un peu l'impression d'être à l'étroit, mais on s'y fait. Pas de désagrément après quelques heures de jeu. Et nous allons maintenant mettre en perspective les divergences de points de vue, afin de montrer en quoi le contexte d'utilisation a son importance. Le format très cintré couvre parfaitement bien des bruits extérieurs. Ce qui veut dire que si le but est de vous couper de votre maman qui vous appelle pour venir à table, c'est parfait! A l'inverse, si vous voulez enjoindre votre descendance à ramener ses fesses dans la cuisine, il faudra lui imposer de jouer avec une seule oreille couverte.

L'avis du pro de Zyvon

Comme il a dit lui.

Les points positifs:

  • Prix très abordable
  • La qualité du son
  • Les réglages fins du micro, grâce au soft Blue Vo!ce
  • Polyvalence
  • Qualité des matériaux (peu de plastique, plus de métal léger)

Les points négatifs:

  • Coupe un peu trop bien de l'extérieur si vous ne vivez pas seul.

Author: Founet

A ne pas confondre avec le village vaudois, est à peine plus jeune qu’une Famicom. Vouant un culte à George, il découvrit son amour du jeu vidéo et de la techno allemande pendant les grandes années de Lucas Arts. De ses nombreuses heures passées à cliquer lui vient son humour absurde et sa cleptomanie. Frappé d’une mystérieuse malédiction, les machines semblent se rebeller lorsqu’il les manipule ou fait mine de les regarder. Founet ne roule jamais en-dessous de 88 miles à l’heure et rêve de maîtriser la télékinésie grâce à la Force. En attendant de passer maître Jedi, il joue à la Wii U. Accessoirement rédacteur en chef, quand il arrive à se faire entendre des autres, qui mettent le son trop fort, les farceurs.

Share This Post On

Laisser un commentaire