Petits Cauchemars Entre Amis [Little Nightmares 2]

Approchez, approchez, n’ayez crainte! L’histoire que je vais vous conter se déroule dans un monde mystérieux où vivent de petits bonshommes quasiment semblables à vous et moi. Pas plus grands qu’un chat, ces petits êtres d’apparence fragile ressemblent à s’y méprendre à de minuscules humains… Et ils font d’excellents snacks! Little Nightmares II

Ça ne présage rien de bon!

Ça ne présage rien de bon!

La peur mène à la colère

L’intro bizarre, c’est pour mettre dans l’ambiance. Car, comme son nom l’indique, Little Nightmares 2 se classe plutôt dans la catégorie “horreur” que “comédie” (PEGI 16). Cependant, LN2 n’est pas exactement un jeu qui fait peur. Il rend anxieux, stresse, met mal à l’aise, sans que vous ne sachiez pourquoi la moitié du temps si ce n’est que vous évoluez dans un monde où à peu près tout ce que vous croisez veut vous buter…

Little Nightmares 2

Il faudra réfléchir, mais rien de bien difficile.

Pour les non-initiés, Little Nightmares II est un jeu de plateformes/aventure saupoudré de puzzles. Vous vous réveillez dans une forêt lugubre, et c’est parti pour une épopée qui se déroule du début à la fin sans aucun chargement visible. Une prouesse technique qui assure l’immersion, au point qu’il est difficile de ne pas finir le jeu d’une traite.

Vouloir expliquer LN2 et son histoire, c’est comme essayer de décrire un tableau. L’œuvre raconte définitivement quelque chose, mais sans aucun mot auquel se rattacher. Tout ce que je peux dire, c’est que ce jeu est un chef-d’œuvre de mise en scène. Pas un seul dialogue, mais croyez-moi, vous serez plus investi que dans les trois derniers Star Wars réunis.

Un monde haut en couleurs!

Un monde haut en couleur!

Double dose d’anxiété

Alors que le premier volet vous proposait de vivre une aventure solitaire, très vite Little Nightmares II vous flanque d’un compagnon (Six, héroïne du précédent jeu) qui vous aidera pour certains puzzles (ou vous montrera la voie lorsque vous tournez en rond). Je précise que ce n’est pas un jeu jouable en co-op pour autant.

Je sais que j’insiste avec mon absence de dialogues, mais j’ai été impressionné par la relation entre nos deux protagonistes. Uniquement via le gameplay et des expériences communes, le jeu construit un lien extrêmement fort entre les deux personnages, et vous investit comme jamais.

Tiens bon Billy, on va s'en sortir!

Tiens bon Billy, on va s’en sortir!

Ce deuxième opus propose aussi quelques nouveautés comme des “combats”, absents de son prédécesseur. En effet, armé d’un objet contondant, vous pouvez maintenant défoncer des portes et tabasser des vilains pas beaux. Heureusement que ça concerne surtout un chapitre, car j’ai trouvé le timing vraiment pénible. Peut-être que je suis juste mauvais.

Néanmoins, je ne compte pas le nombre de fois où je suis mort parce que je me suis emmêlé les pinceaux avec les commandes. C’est toujours drôle quand, dans un moment de stress, vous lâchez votre arme et sautez sur place au lieu d’attaquer. Ça l’est moins lorsque vous recommencez le même passage dix fois.

Un cauchemar et ça repart!

Ces contrôles sont une de mes rares critiques quant à ce bijou d’anxiété vidéoludique. Peu intuitifs à mon goût, mais surtout inchangeables. Pas moyen d’assigner une touche différente ou sélectionner un autre schéma prédéfini. C’est possible au clavier, mais le jeu recommande une manette… Du coup, l’accessibilité est également inexistante. Dommage.

Little Nightmares 2

Mais que c’est beau!

L’expérience est malheureusement de courte durée. Je l’ai fini en pile cinq heures, soit une heure par chapitre (je vous laisse deviner combien il y en a, attention c’est dur). J’ai néanmoins perdu dix minutes à recommencer un passage à cause d’un bug. Alors qu’un boss vous poursuit, vous vous cachez et il est censé continuer son chemin. Chose qu’il n’a jamais faite jusqu’à ce que je relance le jeu, après être allé voir sur YouTube si j’étais complètement stupide (spoiler: je le suis juste un peu).

Toutefois, le jeu redouble généralement d’ingéniosité pour vous faire comprendre ses mécaniques sans aucune instruction. Un exemple parfait de ce qu’est un game-design réussi.

Tu peux partir maintenant, je n'ai pas l'anneau...!

Tu peux partir maintenant, je n’ai pas l’anneau…!

L’étrange Cauchemar de Monsieur Jack

Les décors sont juste magnifiques, en plus d’être glauques par moments. Le design des personnages sort tout droit d’un film d’animation produit par Tim Burton. En résumé: c’est beau, mais dérangeant. Une qualification qui pourrait s’appliquer au jeu entier.

L’aventure est sublimée par une bande-son qui vous hantera longtemps avec sa mélodie malsaine. Bref, Little Nightmares II excelle dans absolument tous les domaines (sauf la jouabilité): level design, game design, narration, bande-son, sound-design, direction artistique, j’en passe et des meilleures. Mis à part une durée de vie bien trop courte pour un jeu de cette qualité (on en veut plus!), difficile de lui trouver beaucoup de défauts.

Little Nightmares 2

Ambiance…

Little Nightmares II est un jeu unique, oppressant, sublime. Les Suédois de Tarsier ont su étendre leur univers, tout en ajoutant des mécaniques qui n’alourdissent pas le gameplay. Le genre de jeu qu’on n’aura pas oublié dans vingt ans. En tout cas, j’ai rarement attendu des DLC, mais vivement du contenu en plus!

10 thérapies sur 10.

Testé sur PC. Également disponible sur PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series, Switch et Stadia.

 

Author: Marsouin

Un homme, une œuvre, une légende ! Ainsi se résume Marsouin, de son vrai nom Marcel Soupape. Il fit ses premiers pas vers la gloire avec la console NES, grâce à son mentor et modèle, son frère. Et tout de suite, c’est le tourbillon et l’enchaînement, notamment, de la Super NES, la N64, la Dreamcast (pas son meilleurs passage), Playstation, Xbox et enfin Xbox 360. Malgré une légère décadence dans son parcours, compensé notamment par sa liaison constante avec un PC, ce n’est rien comparé à la traversée du désert qui suivi. Ni les consoles, ni les PC ne furent d’intérêt pour lui, mais seulement les femmes, l’alcool, la drogue (Les Tuc) et le Djent. Un classique, mais l’histoire finit bien. Car soudain, c’est la rédemption! Contacté par Rael directement, il redécouvre son potentiel via un bol d’urine tous les matins et s’achète une PS4. Depuis le succès est à nouveau au rendez-vous, comme une annonce d’apocalypse.

Share This Post On

Laisser un commentaire