On passe la deuxième couche [Splatoon, Wii U]

Lors de la sortie du jeu, nous avions décidé de reporter notre test, considérant que le produit livré n’était pas « complet ». Comme si nous avions dû vérifier la tenue de route d’une voiture à laquelle il manquerait les sièges. Et le volant. Et les roues. Maintenant que Nintendo a fourni de nouvelles pièces détachées via une grande mise à jour, voyons si nous sommes prêts à prendre la route.

Splatoon Wii u mur de la caverne

Platon dépeignait l’allégorie de la caverne; Splatoon en repeint les murs. Les ombres familières ont toujours la cotte face à l’extérieur inconnu.

Splatoon est clairement une sortie des sentiers battus pour Nintendo. Quitter l’autoroute des jeux de plateformes et autres produits licenciés avec leurs héros fétiches, pour entrer dans le circuit des jeux de tirs à la troisième personne. Pour le coup, on découvre de nouveaux personnages. Ceux-ci sont des calamars anthropomorphisé pouvant nager dans la peinture pour aller plus vite. Pas de panique, on est toujours chez « Big N », donc toutes les armes ne projettent que de la peinture et le but d’une partie est plutôt de repeindre la carte que de tirer sur les adversaires. Les affrontements se font entre deux équipes de quatre joueurs, donc tout le fun se trouve en ligne.

Le devis est gratuit

Derrière les graffitis colorés, pointe la volonté de Nintendo de rejoindre le club des jeux compétitifs en ligne, voire même de lorgner vers les rangs glamours et prometteurs du e-sport. Passons donc en revu la feuille de route pour vérifier si Splatoon correspond bien à cette catégorie:

  • Jouer en équipe: CHECK
  • Des personnages personnalisables: CHECK
  • Du matériel à débloquer au fil des victoires: CHECK
  • Des maps variées…: CHECK
  • … et de nouvelles au fil des mises à jour: CHECK
  • Un retour en jeu rapide après s’être fait dézinguer: CHECK
  • Une progression par rang: CHECK
  • Une campagne solo complètement inutile et inintéressante, qui est là pour on ne sait trop quelle raison: CHECK
Splatoon Wiiu personnalisation

Il est maintenant possible d’accéder à la personnalisation de son équipement sans quitter le hall.

Il semblerait donc que Nintendo ait bien étudié le cahier des charges, pour y avoir même inclus ce dernier point, que l’on retrouve dans tous les jeux de ces dernières années. Par contre, je n’arrive pas à savoir si ce cahier n’a pas été lu lu jusqu’au bout ou s’ils ont décidé d’y ajouter la petite « touche Nintendo », celle que personne ne comprend, un concept marketing incongru, qui fait passer un « YEAH » à un « WTF? ». Qu’on se comprenne bien: Splatoon est un jeu extrêmement fun et il s’agit probablement de l’un des meilleurs jeux auquel j’ai joué cette année. Je ne prends pas beaucoup de risque en disant également qu’il occupe une place sur le podium des jeux de la Wii U, de manière générale. Mais BON SANG DE BOIS, pourquoi sortir d’abord un jeu non-fini, puis lui ajouter progressivement les fonctionnalités dont il devrait être équipée dès le début?

Les finitions pour jeudi

En revanche, il est toujours impossible de changer de "classe" de personnage pendant une partie. Impossible donc de ré-équilibrer une équipe en cours de route.

En revanche, il est toujours impossible de changer de « classe » de personnage pendant une partie. Impossible donc de ré-équilibrer une équipe en cours de route.

La dernière mise à jour a amené la possibilité de jouer en équipe avec ses amis, enfin! Par contre, il n’y a toujours pas de moyen de communiquer avec ses coéquipiers. Ce qui fait qu’une équipe lambda n’a pratiquement aucune chance face à un groupe utilisant Skype entre eux, par exemple. On se retrouve donc généralement avec des équipes bancales, avec trois rouleaux, ou que des snipers, sans pouvoir réfléchir à un équilibre stratégique. De la même manière, il n’y a toujours pas de match making. Les nouveaux venus tombent aléatoirement contre des brutes connaissant parfaitement le jeu. Les maps sont bien pensées mais elles ne s’alternent que toutes les quatre heures. Dans cet intervalle, les parties ne se déroulent que sur deux d’entre elles. Il n’est pas possible de quitter une partie en cours, ce qui peut se comprendre, mais il n’est pas non plus possible de quitter le salon lors de recherche de partie, c’est plus embêtant. Heureusement, il y a suffisamment de monde sur les serveurs pour que cela ne pose que rarement problème. Et pourquoi diable les « matchs pro » (que l’on débloque une fois le niveau 10 atteint) ne peuvent pas se jouer dans le mode classique, qui est pourtant bien meilleur que cette espèce de défense de zone que l’on doit subir?

Mains d’œuvre et TVA non comprises

Heureusement, les mises à jours se succèdent et sont gratuites. Je ne démords pas que c’est un excellent jeu en soi. Je lui aurais sans problème mis 10/10 dans d’autres circonstances, car je m’y amuse beaucoup. Je suis donc bien embêté pour lui coller une note. Sachez donc que le résultat indiqué ci-dessous « récompense » la prise de risque de faire du neuf et reflète surtout le plaisir de jouer avec des amis, mais que cela implique d’accepter une gestion complètement incohérente. En tant que « nouveau né » dans la famille du jeu vidéo, Splatoon a une courbe de croissance déconcertante. Comme si le jeu était en train d’apprendre à marcher dans le monde du jeu en ligne. Le problème c’est que nous, joueurs, sommes déjà entrainés au marathon, alors on est à côté de lui et on lui hurle dans les oreilles qu’il doit se dépêcher.

Note: 9 clair-obscurs sur 10

Author: Founet

A ne pas confondre avec le village vaudois, est à peine plus jeune qu’une Famicom. Vouant un culte à George, il découvrit son amour du jeu vidéo et de la techno allemande pendant les grandes années de Lucas Arts. De ses nombreuses heures passées à cliquer lui vient son humour absurde et sa cleptomanie. Frappé d’une mystérieuse malédiction, les machines semblent se rebeller lorsqu’il les manipule ou fait mine de les regarder. Founet ne roule jamais en-dessous de 88 miles à l’heure et rêve de maîtriser la télékinésie grâce à la Force. En attendant de passer maître Jedi, il joue à la Wii U. Accessoirement rédacteur en chef, quand il arrive à se faire entendre des autres, qui mettent le son trop fort, les farceurs.

Share This Post On

Trackbacks/Pingbacks

  1. Top 2015 – Sandro | un coin de pixel - […] de long en large sur les calamars de Nintendo. Sa présence en tête des jeux de 2015 souligne que…

Laisser un commentaire