Make Russia Great Again [Mother Russia Bleeds, PC]

Браво вам плутоватый молодой человек который знает как использовать Интернет, чтобы перевести это введение. Если вы входите в контакт с нами, чтобы показывать вашу любовь К политической партии Мы великолепное управление высший самостоятельно будем предлагать вам пакет леденцов. Слава к политической партии

A l’heure où nos cousins ricains s’apprêtent à vénérer un tube d’auto-bronzant vivant, avant celle où nos voisins français devront choisir entre la peste et le choléra, et juste après celle où vous avez décidé de condamner notre pays à sa propre version de Fallout, dans ces moments très sombres de la démocratie, n’avez-vous pas envie de coller de grosses mandales? De ruer dans les brancards et expliquer vos arguments à coups de pied (en tout bien tout honneur, bien sûr)? De faire respecter la justice du peuple en renversant les puissants? Alors soyez les bienvenus dans l’odyssée répugnante de Natacha, Sergei, Ivan et Boris.

Mother Russia Bleeds PC arène

Une fois terminés, les niveaux de la campagne peuvent servir d’arènes dans lesquelles il faudra repousser des vagues d’ennemis.

Combats de Ru-ssie

Dans une année 1986 à peine uchronique, nos lascars collectionnent à eux quatre tous les clichés russes. Pour gagner leur croûte (et éviter de s’en faire trop, des croûtes), ils s’adonnent aux combats illégaux, à l’arrière d’un vieux campement. Mais un jour, les forces du gouvernement, la Bratva, débarquent pour remettre un peu d’ordre, parce que les campements ça fait sale. Après avoir essayé de résister à la hauteur de ce que leur honneur leur permet, les combattants se retrouvent en prison. Ou plutôt dans le sous-sol d’une curieuse installation, dans laquelle des types en combinaisons anti-chimiques du même acabit que celles des vilains scientifiques dans E.T., leur administrent régulièrement des doses de Nekro, la bonne came du coin. Manque de bol (-chévique, haha! Hum…) pour ces derniers, voilà t’y pas que Natacha/Sergei/Ivan/Boris s’échappe et c’est alors parti pour une douzaine d’heures de tabassage en règle. Tout y passe: les hommes de mains, des militaires, des chiens, des videurs, des gardiens de prisons, des junkies, des truands gominés, des vieilles prostituées pugnaces et bien plus encore. Un bouton pour les poings, un pour les pieds, un pour le saut, un pour l’esquive et un dernier pour les prises au corps, combinez le tout et vous voilà bien équipé pour faire entendre votre voix de manière plus percutante encore que la Pravda. Favorisez à tout prix l’utilisation de la manette et attendez-vous à devoir faire un effort pour maitriser l’esquive qui est malheureusement assez mal située. En bon junkie que vous êtes, s’injecter une dose de Nekro permet, à choix, de regagner de la vie ou d’entrer en mode sauvage et de décupler sa vitesse de frappe. Cet état second peut aussi être l’occasion de placer un « finish move » sanglant et imparable, qui terrassera pratiquement n’importe quel slave sur votre chemin. Après vous avoir croisé, les pauvres resteront étendus au sol piteusement, adoptant une ressemblance étonnante avec la poutine (le plat, hein, pas notre glorieux leader suprême <3). Alors quoi de mieux, à ce moment là, que d’extraire la Nekro de leur cadavre fumant avec une seringue pour vous en refaire un stock? Il manque juste un petit bruit de tire-bouchon à la fin. [rire nerveux]

Mother Russia Bleeds Pc lutte anti drogue

Saviez-vous qu’en Suisse la lutte anti-drogue repose sur 4 piliers: Prévention, Thérapie, Réduction des risques et Répression? On sent bien le quatrième ici.

Putsch Out!

En plus de m’évoquer sans arrêt avec ironie une vision archi-caricaturale de l’U.R.S.S. que Schwarzie n’aurait pas rechigné, Mother Russia Bleeds (MRB) a des arguments frappeurs, c’est le moins qu’on puisse dire. Tout est propice à servir d’objet contondant: une cuvette de toilettes ou la tête d’un ennemi, et donner des coups d’extincteur dans le crâne d’un homme à terre m’a furieusement rappelé cette scène marquante/dérangeante du film Irréversible. On est pile dans le même genre d’ambiance. Que ce soit clair: MRB pue la pisse de fond de ruelle sombre, un samedi soir de Fête des Vendanges. Oui, ça se pose là. PEGI 18 high five. Vous avez peut être déjà entendu quelqu’un dire que tel ou tel jeu était avant tout une question d’ambiance créée, ici c’est tellement prenant qu’on se sent sale en y jouant. Tout est troublant, malsain et complètement manichéen. Les méchants puissants sont ainsi des ordures et le peuple faible se soulève en héros. Malgré les différences sur le papier entre les quatre personnages à choix, au final ils restent assez similaires et le gameplay n’en est que peu modifié. Cette aventure nauséabonde prend toute sa saveur avec une bande de potes bien barrés sur le canapé, qui accepteraient de la traverser en coopération. C’est donc un plaisir presque coupable de plonger ses mains dans le cambouis et c’est justement cette opposition criante entre bien et mal qui permet d’embrasser le côté cathartique de cette quête moderne! En gros: t’as l’impression de te faire baiser par les politiques? Alors viens allégrement leur claquer des mandales sur les deux joues.

Mother Russia Bleeds PC voiture

Fracasser une voiture, un hommage à Street Fighter?

Karamazov, fils unique

Mother Russia Bleeds PC ours

C’est normal en Russiiiiie!

En face de cet hommage aux ancêtres que sont Double Dragon ou Street of Rage, on peut évidemment lui trouver des défauts similaires, comme par exemple le fait qu’une fois lancée, l’animation d’un coup nous place en position de vulnérabilité si l’ennemi visé ne se trouvait pas exactement sur la même ligne que notre personnage. Une certaine précision est alors nécessaire pour pouvoir enchainer les combos avec dextérité. Il est difficile dans ce genre de jeu d’assurer un renouveau suffisant pour maintenir l’intérêt jouissif. Heureusement, cette répétitivité est contrebalancée par des petites touches créatives dans le level design ou par l’apparition de boss, dont il faut analyser le pattern pour en venir à bout. Une mention spéciale au niveau sur le train particulièrement dynamique. Vendu 15 CHF, on ne peut que saluer l’effort des créateurs de MRB d’avoir cherché l’originalité. Et encore, je ne vous ai pas parlé de la bande son qui fini d’emballer le paquet de l’ambiance, que ce soit avec ce bruit métallique de la batte de base-ball au poil ou du rock électronique bien péchu qui appuie juste là où il faut pour avoir envie de détrôner les Choeurs de l’Armée Rouge. J’en profite pour replacer l’anecdote glanée lors de la Gamescom 2015, où l’équipe de développeurs (Le Cartel, Paris) nous confiait, ivre, que le jeu s’inspirait, entre autre, du groupe de métal de l’un d’entre eux. Il a décidément tout pour plaire ce jeu. Ou pour dégouter méchamment. Je me suis défoulé comme il fallait et en ce moment j’en avais bien besoin. Longue Vie au Parti! …… (Alors Camarade Secrétaire à la Propagande, message être suffisamment bon?)

Note: 8 baisers de Russie sur 10

Le jeu est également dealé sur le Playstation Store pour PS4 depuis quelques jours.

Mother Russia Bleeds PC hommes nus

Il y a donc des zizis dans ce jeu.

Author: Founet

A ne pas confondre avec le village vaudois, est à peine plus jeune qu’une Famicom. Vouant un culte à George, il découvrit son amour du jeu vidéo et de la techno allemande pendant les grandes années de Lucas Arts. De ses nombreuses heures passées à cliquer lui vient son humour absurde et sa cleptomanie. Frappé d’une mystérieuse malédiction, les machines semblent se rebeller lorsqu’il les manipule ou fait mine de les regarder. Founet ne roule jamais en-dessous de 88 miles à l’heure et rêve de maîtriser la télékinésie grâce à la Force. En attendant de passer maître Jedi, il joue à la Wii U. Accessoirement rédacteur en chef, quand il arrive à se faire entendre des autres, qui mettent le son trop fort, les farceurs.

Share This Post On

Laisser un commentaire