L’allégorie de la pizza libanaise [Metroid Prime – Federation Force, 3DS]

Il y a quelques années, j’ai participé à un voyage humanitaire au Sénégal. Après 3 semaines passées à vivre dans un petit village, à manger du riz et du poisson à tous les repas, nous avons fait un crochet par Dakar. C’est là que nous, vils occidentaux tout pourris, nous sommes rués dans une pizzeria tenue par des libanais. Ce qui nous a été servi ce jour-là avait l’aspect d’une pizza, l’odeur d’une pizza, la texture d’une pizza, mais n’avait en rien le goût d’une pizza. Pourtant, à ce moment-là, ce fût la meilleure des pires pizza que j’ai mangée.

Metroid prime federation force 3ds

Visuellement on est en territoire connu.

Vous me voyez venir avec cette intro mélo-imagée? C’est bien ça: Federation Force n’a de Metroid (pratiquement) que le nom. Pourtant Miyamotieu* sait qu’on ne serait pas contre un nouveau vrai Metroid! Pas facile de passer après l’excellente trilogie Prime sur Gamecube et Wii et l’annonce de son prolongement sur 3Ds avait déjà commencé à me dubitativer: un FPS sur 3DS? Dubitativer n’est pas un mot? Mouais pas convaincu. Surtout que j’ai appris à me méfier après le scandale Other M sur Wii, qui avait moins bien compris « l’esprit metroid » que mon filleul de trois ans n’a compris la fusion à froid. Et encore, on serait surpris, il est malin ce gamin. Donc pour reprendre le fil: ce qui, au cours des années, s’est vu attribuer le nom de « metroid-vania », c’est un principe de jeu dans lequel certains passages sont provisoirement inaccessibles, tant que l’on n’a pas débloqué l’objet adéquat. Ce nom combine Metroid et Castlevania, deux séries de jeux justement considérées comme référentes du genre. Cette mécanique pousse ainsi à l’exploration et enrichit le gameplay au fur et à mesure que des compétences s’ajoutent à celle du héros. Other M, s’était complètement fourvoyé en enfermant la fameuse Samus Aran, personnage de femme forte par définition s’il en est, dans un rôle de subordonnée au grand colonel viril qui lui enlève toutes ses armes. « Parce que sinon ce serait trop facile », disait-il. Bref, un digne successeur original serait plus que bienvenu, parce que cette fois-ci, non plus, on ne l’a pas trouvé.

Metroid Prime Federation Force 3DS soldats

Go Go Power Rangers

J’ai parcouru ce jeu au beau milieu de mes vacances. Alors que j’étais tranquillement en train d’assister à un combat de coq très lucratif de siroter un mojito au bar de la plage, voilà t’y pas que le « jeu multijoueurs signal » s’est allumé en plein ciel et j’ai répondu à l’appel. Car à l’instar de Zelda Tri Force Heroes (auquel je joue en ce moment et dont je vous parlerai en bien tantôt), Federation Force est pensé avant tout pour se jouer en équipe. Premier ingrédient absent de la liste de courses d’un bon Metroid: on ne joue pas Samus. Non, on y incarne des soldats de la Federation Galactique, c’est à dire le même genre de troufion de base qui se faisait épingler dans Other M. Pour les rendre un peu plus « bad ass », on les a affublés de mechas/gros robots, permettant ainsi de justifier les similitudes avec l’armure de Samus. On retrouve alors le bras en forme de canon qui pourra tirer des projectiles de divers types. Une très vague trame narrative va nous expliquer que nous devons seconder Madame Aran, de loin, dans un coin de la galaxie reculé. Alors on grimpe dans son petit vaisseau et on amorce la descente sur une planète, au travers d’une vidéo plutôt bien fichu pour de la 3DS, mais un brin trop… choupi?

metroid prime federation force vague d'ennemis

Les types d’armes sont plus ou moins efficaces selon les ennemis. Au moment de préparer son équipe, on peut voir ce que chaque joueur choisi, demandant ainsi d’équilibrer l’escouade.

Parce que là où les précédents Metroid Prime posaient clairement leurs ovaires sur la table en matière de charisme, avec un univers cohérent et palpitant empli de dangers, ici tout est un peu trop mimi, renvoyant alors le charisme aux vestiaires. Même les ennemis, pourtant assez iconiques de la saga, ont du mal à convaincre. On ne perçoit que peu de liens entre les missions, les personnages et le maigre scénario. Le tout est au final assez générique. Le fait que les niveaux soient très détachés les uns des autres tend à couper l’herbe sous le pied du principe de base d’exploration. Les armes s’achètent à chaque retour au vaisseau et les quelques blocs de glace à faire fondre avec le lance-flamme pour trouver des bonus, par exemple, ne suffisent pas à nous inciter à revenir sur un niveau déjà terminé. J’ai commencé à vous évoquer le mode multijoueurs et cette fonctionnalité redonne un peu de couleur à ce triste tableau. Comprenez par là que la difficulté s’illustre surtout au travers de vagues d’ennemis par lesquelles on peut rapidement être dépassé (qui a dit: « difficulté artificielle »?). En revanche, les affronter au minimum à deux rendra la tâche trop facile. Pensez bien à vous équiper de Skype en parallèle, car le système de communication interne se limite à quatre phrases pré-enregistrées, que l’on peut paramétrer. On assiste alors à des dialogues dignes d’un film de David Lynch mais cocasses. – Attention! – Merci – Merci – Bien joué – Merci – Bien joué. Bon, on a bien rigolé avec mon comparse, mais plutôt parce qu’on faisait les pignoufs.

metroid prime federation force 3DS boss

Des boss viennent ponctuer certains niveaux, parfois originaux, souvent pénibles.

Vous l’aurez compris, on a collé sur ce jeu le titre Metroid Prime de manière outrageuse et ne comptez pas dessus pour épancher votre soif d’aventure spatiale. Même si la tentation est grande vu qu’il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent en matière de jeux d’action sur 3DS; cette pizza n’est pas une pizza, et ce malgré ses contrôles efficaces. Ce dernier point me permet de conclure sur une note d’espoir, car ce qui m’inquiétait le plus, à savoir de contrôler un FPS au gyroscope de la 3DS, fonctionne en réalité très bien! Fichtre! La réalisation de ce titre a pourtant été confiée à un studio capable du meilleur (Next Level Games), qui nous a pondu quelque chose de franchement pas dégueu visuellement, avec des missions plutôt variées et à la clé des contrôles efficaces! Alors maintenant on arrête de faire mumuse et on donne aux fans le Metroid dont ils ont vraiment envie, même si ça doit être sur 3DS.

metrood prime saga

Le bon grain et l’ivraie.

*Ça se voulait un mélange habile entre Miyamoto et Dieu, mais je me rends compte que ça fait plus Mireille Mathieu. Et oui, c’est pas lui le créateur de Metroid, je sais, c’était pour la vanne qui… oh et puis flûte.

Note: 3 peut mieux faire, doit mieux s’appliquer en classe sur 10.

 

Author: Founet

A ne pas confondre avec le village vaudois, est à peine plus jeune qu’une Famicom. Vouant un culte à George, il découvrit son amour du jeu vidéo et de la techno allemande pendant les grandes années de Lucas Arts. De ses nombreuses heures passées à cliquer lui vient son humour absurde et sa cleptomanie. Frappé d’une mystérieuse malédiction, les machines semblent se rebeller lorsqu’il les manipule ou fait mine de les regarder. Founet ne roule jamais en-dessous de 88 miles à l’heure et rêve de maîtriser la télékinésie grâce à la Force. En attendant de passer maître Jedi, il joue à la Wii U. Accessoirement rédacteur en chef, quand il arrive à se faire entendre des autres, qui mettent le son trop fort, les farceurs.

Share This Post On

Laisser un commentaire