Le vent dans les toiles [Marvel’s Spider-Man, PS4]

Bon, alors déjà avant toute chose, vous allez me mettre ça en fond sonore. Car aujourd’hui, on va parler de l’homme-araignée, aussi appelé Peter Parker ou Spidey ou le fantasme de Deadpool. Je ne vais pas vous faire l’affront de vous expliquer ses origines, tel un mauvais film Marvel. Sachez juste qu’on doit cette nouvelle adaptation à Insomniac Games (l’équipe que l’on remercie pour Ratchet & Clank). Si je vous ai déjà rabâché les oreilles avec mon amour pour les jeux Batman Arkham, maintenant vous allez déguster. Je vous vois venir avec Spider-Man sur PS2, sachez que je n’y ai pas joué pour des raisons que Founet m’interdit de divulguer (je jouais à la Gamecube).

Vous incarnez donc Peter Parker, mais pas ado cette fois-ci. À 23 ans, l’homme-araignée joue les justiciers depuis déjà 8 ans lorsque vous en prenez le contrôle. Bon, ben déjà, je répète que de zapper les origines ça fait un bien fou, et cela permet aux développeurs de nous proposer une histoire intéressante et mature. Ensuite, le personnage de Spider-cochon Spider-Man est très très bien écrit. Autant Batman transpirait la noirceur, autant PP (c’est son petit nom) rivalise d’absurdité et de commentaires bien débiles, alors même que les vilains hommes de mains essayent de l’écraser comme un vulgaire insecte (wahou les métaphores zoologiquement incorrectes).

Frisk Spider-Man PS4

En vrai il est moins grand.

Les autres personnages, alliés comme ennemis, ne sont pas en reste et les dialogues s’avèrent souvent savoureux (en tout cas en VO). C’est d’ailleurs Christos Gage et Dan Slott qui ont rejoint les développeurs pour écrire l’histoire. Les deux bonhommes ont déjà chacun écrit pour les comics Spider-Man, autant dire qu’ils savent ce qu’ils font.

La polémique des flaques d’eau

L’histoire est engageante et fait intervenir beaucoup de têtes connues des fans. Vous contrôlez même d’autres personnages dans quelques courtes séquences. Cependant, la narration fait parfois quelques écarts maladroits pour justifier certains aspects du gameplay. On l’a compris c’est un jeu vidéo, et tout contenu est bon à prendre et à réutiliser, mais certains objectifs secondaires n’ont aucun sens (Peter Parker qui dissémine ses sacs à dos à travers la ville et les oublie?).

Shocker Spider-Man PS4

Je sais pas si vous arrivez à dire avec le costume, mais il est pas gentil.

Et l’immersion, ça passe aussi par les graphismes. Les murmures s’amplifient et la foule gronde alors que la même question est sur toutes les lèvres : « Mais heu, les flaques d’eau là, elles sont aussi jolies qu’à l’E3 ? ». Et la réponse est… à voir, oui ! Et je ne suis pas sur PS4 Pro. Insomiac Games avait raison, la position du soleil selon l’heure de la journée change bel et bien l’éclairage. C’est fou non ? C’est clair que quand tu joues H24 à Fortnite t’as pas l’habitude. Honnêtement, c’est beau, c’est fluide, c’est bien animé, même si les bouches et les dents sont parfois un peu bizarres (on pardonne. Hollywood, la chirurgie, tout ça tout ça).

Flaques d'eau Spider-Man PS4

Je vous laisse juger.

« If you can make it in New-York, you can make it anywhere ».

Le deuxième personnage principal, c’est New-York. Je suis désolé de vous faire ça, c’est pas que je me prends pour Woody Allen, mais c’est vrai. La ville regorge de vie, et si vous décidez de vous balader sur le plancher des vaches, vous rencontrerez des foules et des avenues bondées de trafic. La carte est tout bonnement immense et vous aurez pas mal de boulot à accomplir si vous voulez entièrement nettoyer la métropole américaine. Le jeu propose quand même un voyage rapide sous la forme du métro. Que voulez-vous, même les super-héros fatiguent parfois.

Toits Spider-Man PS4

Sans toits à proximité, difficile de se balancer.

Néanmoins, vous passerez le plus clair de votre temps dans les airs. Que ce soit en vous balançant de building en building, ou en essayant d’éviter les fusils d’assaut ennemis, ce n’est pas ancré au sol que Spidey brille. Il possède une barre de focus qu’il vous faudra remplir pour pouvoir vous soigner ou déclencher des attaques brutales. Si vous minutez bien les combos, les évitements et les coups spéciaux, le combat devient extrêmement fluide et gratifiant. Désolé d’en revenir à Arkham, mais on est sur une copie quasi conforme du système de combat. Une bonne copie certes, mais une copie quand même.

Git gud n00b

La grosse différence avec le Chevalier-Noir de la concurrence DC, reste la barre de focus et la nécessité de devoir choisir entre se soigner ou abattre un ennemi coriace d’un seul coup spécial bien senti. Le reste, c’est pareil : enchaînez les mandales pour faire monter votre combo (et donc votre focus) et évitez les tirs ennemis grâce à votre « spider-sense » et son icône d’esquive. Si nécessaire, restez furtif et éliminez vos ennemis un à un. Au fur et à mesure de votre montée en niveau, de nouveaux mouvements sont déblocables pour la baston et la furtivité, ainsi que des buffs passifs et des compétences.

Puzzle Spider-Man PS4

Les puzzles secondaires se corsent plus loin, mais rien d’insurmontable.

Les ennemis sont variés tout en étant traditionnels, ça va du petit gars qui se bat à mains nues, à la brute qui vous charge sans arrêt. Le jeu propose aussi plusieurs « boss fights » qui vous demanderont souvent de faire appel à une approche moins directe. Il y a bien des puzzles sous la forme d’objectifs secondaires, mais le nerf de la guerre c’est le combat. Et heureusement, Insomniac a bien fait ses devoirs. J’ai fait le jeu en difficulté normale et déjà là j’ai du quelques fois recommencer des combats par manque de talent. Pourtant, j’ai fini Nioh il y a quelques jours, normalement je sais me battre virtuellement (j’insiste sur ce dernier terme). J’en profite pour regretter l’absence de modes de jeu supplémentaires. Un système de vagues d’ennemis à combattre avec classements en ligne, qui serait accessible depuis le menu principal, aurait été bienvenu pour pouvoir s’entraîner.

Peut-être dans un DLC à venir? Insomniac a d’ores et déjà annoncé bosser sur une série de contenu appelée The City That Never Sleeps, avec trois nouveaux chapitres et des ennemis et costumes supplémentaires. Le premier, The Heist, est prévu pour le 23 octobre. Affaire à suivre.

L’effet Instagram.

 » Mais, cher Semper Ludo, moi je croyais que Spider-Man il faisait de la photo dans le civil ? » Alors oui, mais non. Dans cette version, vous êtes un scientifique qui assiste le professeur Otto dans ses recherches et vous avez raccroché votre job de journaliste. Ce qui est très pratique quand vous utilisez le labo afin d’améliorer votre costume. Vous pouvez en effet dépenser des jetons, que vous recevrez en accomplissant des objectifs secondaires. On parle du merdier habituel : événements, zones à nettoyer et trucs à ramasser.

Skins Spider-Man PS4

Je joue à Power Rangers?

Vous serez en mesure de débloquer jusqu’à trois pouvoirs passifs à appliquer à vos collants. Réduction des dégâts ennemis, vitesse de déplacement, meilleure barre de focus, à vous de voir ce qui vous intéresse. Votre costume possède également une fonction qui lui est propre, que vous déclencherez en appuyant les deux joysticks en même temps. Achetez un nouveau Spandex et vous débloquerez son pouvoir. Vous pouvez heureusement le réassigner à d’autres costumes si le skin ne vous convient pas, certains étant d’un goût douteux. Leur habilité inhérente s’avérera d’ailleurs fort utile.

Pour gratter des jetons, Peter Parker n’ayant pas complétement oublié son passé de photographe, un des objectifs secondaires disséminé à travers la ville est de capturer des images des différents sites d’intérêts qui parsèment New-York. On note surtout la présence d’un photo mode très complet qui ravira les amateurs de screenshots épiques.

Photo mode Spider-Man PS4

Merci le photo mode.

Donc finalement qui a gagné la guerre entre DC et Marvel dans le royaume des jeux vidéo ? C’est le joueur <3. Plus sérieusement, Spider-Man était le choix logique pour faire un jeu « à la Arkham ». Avec ses méchants reconnaissables et la façon dont il se déplace, Spidey méritait un jeu vidéo digne de ce nom. C’est maintenant chose faite et les petits gars derrière des jeux comme Spyro The Dragon et Sunset Overdrive (dont ils semblent avoir appris de leurs erreurs), nous prouvent, une fois de plus, qu’ils possèdent plusieurs cordes à leur arc. Ils ont su engager les bonnes personnes pour écrire le personnage et ça se ressent. Le gameplay n’est pas en reste non plus et le système de combat est jouissif. Espérons que les prochains Arkham-like tirés de comics continueront sur cette lancée.

Que vous ayez comme moi besoin d’étancher une soif de combo qui vous hante depuis les jeux Arkham, ou que vous soyez fan du personnage, jetez-vous sur Spider-Man. Pour les autres, attention, ça reste un open-world et une fois l’histoire mise de côté, ça peut vite devenir répétitif. En bref, Spider-Man n’innove pas spécialement, mais exécute sa partition avec brio.

8,5 spider-cochons sur 10.

Disponible uniquement sur PS4.

Author: Marsouin

Un homme, une œuvre, une légende ! Ainsi se résume Marsouin, de son vrai nom Marcel Soupape. Il fit ses premiers pas vers la gloire avec la console NES, grâce à son mentor et modèle, son frère. Et tout de suite, c’est le tourbillon et l’enchaînement, notamment, de la Super NES, la N64, la Dreamcast (pas son meilleurs passage), Playstation, Xbox et enfin Xbox 360. Malgré une légère décadence dans son parcours, compensé notamment par sa liaison constante avec un PC, ce n’est rien comparé à la traversée du désert qui suivi. Ni les consoles, ni les PC ne furent d’intérêt pour lui, mais seulement les femmes, l’alcool, la drogue (Les Tuc) et le Djent. Un classique, mais l’histoire finit bien. Car soudain, c’est la rédemption! Contacté par Rael directement, il redécouvre son potentiel via un bol d’urine tous les matins et s’achète une PS4. Depuis le succès est à nouveau au rendez-vous, comme une annonce d’apocalypse.

Share This Post On

Laisser un commentaire