…Injustice For All ! [Injustice 2, PS4]

Prenez un jeu de combat, ajoutez-y une histoire tirée de l’univers DC, des contrôles solides et quelques éléments RPG (et un peu de sucre en poudre). Et voilà! Vous avez Injustice 2.

cinématique Injustice 2 PS4

#Tutesvuquandtasfaim

Sorti en 2013, Injustice : Gods Amongst Us avait mis tout le monde d’accord grâce à son esthétique léchée et ses mécaniques de jeu efficaces. Son histoire a réussi le pari de mélanger plein de personnages de l’univers DC sans devenir totalement risible (du point de vue des fans en tous cas). Les quatre ans qui séparent ces deux volets ont vu paraître une quantité impressionnante de comics qui ont développé un prélude à l’intrigue du premier jeu. Injustice 2 est un jeu de combat, certes, mais il fait partie des rares titres du genre à proposer une histoire fournie qui donne envie aux moins initiés d’entre nous d’avancer dans la campagne solo.

VErsus Injustice 2 PS4

Grrrrr, pas content!

Cette intrigue, c’est en gros Batman VS Superman (non ne partez pas, rien à voir avec le film!). SuperKent réalise enfin qu’il est l’équivalent d’une Super Étoile Mario ambulante et décide de devenir un tyran. « Pas bien la violence, bouh la guerre, faites copains ! » s’exclame-t-il alors qu’il cesse tous les conflits de la planète à grand coups de lasers oculaires dans l’armée. Bruce Wayne n’approuve pas, les deux compères recrutent chacun des alliés parmi le panel DC et se mettent joyeusement sur la face! Batman finit par emprisonner Superman, mais une autre menace rôde, et c’est là que Injustice 2 commence. Je ne m’étendrai pas plus sur l’histoire qui, bien que écrite avec énormément de talent et de passion, reste un joyeux bordel. Beaucoup de personnages et des trahisons dans tous les sens sont le fond de commerce de la franchise. S’il n’y avait qu’une chose à retenir: tout le monde participe, les gentils habituels peuvent devenir méchants, et inversement.

XP Injustice 2 PS4

Gagnez de l’XP pour votre personnage et votre compte en combattant….

Point de vue graphismes, c’est bien beau ma p’tite dame! Et surtout c’est fluide. Les animations s’enchaînent sans problème pour notre plus grande satisfaction rétinienne. Seul bémol, les visages sont animés de manière un peu plus bancale pendant les cinématiques selon quel personnage parle. Harley Quinn est très bien animée et possède une variété d’émotions impressionnante, tandis que Superman a l’air complétement botoxé et sans âme. De là à dire que les développeurs passent plus de temps sur les personnages féminins pour des raisons qui leur sont propres, il n’y a qu’un pas (que je ne franchirai pas). Cependant, on note une grosse amélioration générale depuis le premier jeu. Les décors sont, quant à eux, tout à fait convaincant et parfois emblématiques, en partie destructibles, et se divisent en troisd parties distinctes (j’y reviendrai Kevin, détends-toi).

Gear Injustice 2 PS4

…Et pensez à évoluer votre équipement.

Il faut le reconnaître, les dialogues sont bien écrits. C’est drôle, pas (trop) cliché, et ça respecte plutôt bien l’attitude générale des personnages. Je ne vous ferai pas un descriptif complet du roaster de base, mais on retrouve tous les plus grands de chez DC (Batman, Superman, Harley Quinn, Flash, etc.) et quelques-uns moins connus. Un personnage est déblocable en faisant la campagne solo, pour le reste il va falloir voler la carte de mémé. Malgré une influence RPG/lootbox consistant à débloquer du matériel, on n’est pas devant un modèle pay-to-win. Acheter les personnages ne vous conférera aucun avantage et les lootbox contenant de l’équipement ne peuvent pas être simplement acquises dans la boutique.

Heureusement, parce qu’il y en a du contenu à débloquer! Un des aspects important du gameplay consiste à améliorer l’armure de votre combattant favori pour augmenter ses statistiques et le rendre plus puissant. Paradoxalement, le mode multijoueur assigne des handicaps pour mettre tout le monde au même niveau, donc je ne suis pas encore sûr de l’intérêt de ces accessoires à looter, si ce n’est l’esthétisme. Mais qu’importe, les phases de combat restent quand même l’attrait principal du jeu (avec l’histoire (et oui j’aime les parenthèses (c’est pratique))).

Fight Injustice 2 PS4

Un des rares screenshots de combat (j’ai que 2 mains).

Ces phases de joyeux tabassage sont rapides, gratifiantes, et simplement fun. L’intensité des coups est bien retranscrite et on se prend vite au jeu des combos (même si madame me bat quand même en massacrant les boutons de sa pauvre manette). Vous pouvez utiliser le décor comme arme afin de blesser votre adversaire, ou changer de scène en passant à travers, toujours en infligeant des dégâts. Je vous avais dit que j’y reviendrais, par contre j’y arrive pas du tout, étant donné que certaines conditions doivent être remplies pour envoyer valser l’ennemi. Et aussi parce que je suis nul. Une jauge se remplit au fur et à mesure que vous prenez des dégâts, contrez des coups ou réussissez certaines attaques.

Ulti Injustice 2 PS4

Et voilà comment le sphinx a perdu son nez, avec un ultime de Flash…

Une fois cette barre remplie, vous pouvez lâcher votre « ultime de la mort qui tue » et faire perdre un quart de sa vie au gueux d’en face. Lorsque chacun essaye une prise en même temps, un mode duel se déclenche. Si cette fameuse barre est remplie, vous pouvez en parier une partie. Si vous misez plus haut que votre adversaire, vous gagnez. Ce qui inclut des bonus comme de la vie par exemple. Votre personnage possède aussi une habilité propre et peu puissante qui se remplit assez rapidement, vous permettant son utilisation plusieurs fois par combat. Les contrôles sont extrêmement réactifs, même si je trouve le joystick peu précis pour placer des combos (rien ne vaut un bon vieux D-pad). Rien à redire de ce côté-là, ce qui est peu surprenant venant des mecs derrière Mortal Kombat X.

Multiverse Injustice 2 PS4

Le multiverse et ses pics de difficulté.

Pour vous mettre joyeusement sur la face avec vos amis, plusieurs modes de jeu sont proposés. Outre les classiques versus et compétitif, Injustice 2 propose de réaliser des quêtes journalières à travers le multiverse (des dimensions parallèles), ou encore de créer une équipe contrôlée par l’IA qui vous rapportera de l’XP en bataillant vos amis. Les quêtes journalières consistent généralement en une série de combat avec une difficulté changeante. Et à la fin, une loot box pour vos efforts!

Le mode histoire vous prendra environ cinq heures en difficulté normale (cinématiques comprises), ce qui est plus que respectable pour ce genre de jeu. Avec jusqu’à 76 combats, selon lequel des deux combattants proposés vous choisissez et deux fins différentes, il y a de quoi faire.

Room Injustice 2 PS4

Tu peux décider qui va te défoncer en multi, youpi!

Les cutscenes sont superbes et atteignent presque le niveau d’un Batman: Arkham. À propos, c’est Kevin Conroy qui double Batman dans la VO, comme dans la série des Arkham. Quand on sait que c’est LA voix du justicier masqué depuis plus de vingt ans, ce n’est pas négligeable. Injustice se paye même des pointures comme Alan Tudyk (Firefly, le robot dans Rogue One,…) ou Phil Lamarr (Futurama, Samuraï Jack). Musicalement, c’est dans la droite lignée de ce que l’on peut entendre dans un film de super-héros. Pas désagréable, mais rien de mémorable.

Injustice 2 est le genre de jeu qui plaira autant aux pros qu’aux vétérans de Street Fighter II un peu blasés, sans oublier les purs novices. Grâce à ses contrôles précis, les puristes y trouveront facilement leur compte. Tandis que les amateurs pourront sans autre apprécier l’histoire et les différents modes de jeu solo. Difficile de lui trouver des points négatifs, voilà pourquoi Injustice 2 est recommandé par tous les pharmaciens en prise régulière.

Alfred sur 10.

Disponible sur PS4 et Xbox One.

Author: Marsouin

Un homme, une œuvre, une légende ! Ainsi se résume Marsouin, de son vrai nom Marcel Soupape. Il fit ses premiers pas vers la gloire avec la console NES, grâce à son mentor et modèle, son frère. Et tout de suite, c’est le tourbillon et l’enchaînement, notamment, de la Super NES, la N64, la Dreamcast (pas son meilleurs passage), Playstation, Xbox et enfin Xbox 360. Malgré une légère décadence dans son parcours, compensé notamment par sa liaison constante avec un PC, ce n’est rien comparé à la traversée du désert qui suivi. Ni les consoles, ni les PC ne furent d’intérêt pour lui, mais seulement les femmes, l’alcool, la drogue (Les Tuc) et le Djent. Un classique, mais l’histoire finit bien. Car soudain, c’est la rédemption! Contacté par Rael directement, il redécouvre son potentiel via un bol d’urine tous les matins et s’achète une PS4. Depuis le succès est à nouveau au rendez-vous, comme une annonce d’apocalypse.

Share This Post On

Laisser un commentaire