Gamescom 2016: Tanki en a plus, y en a encore [Tanki X, PC]

Dernière ligne droite pour Tanki X, qui doit sortir dans un mois! Pilonner son adversaire, c’est toujours jouissif.

Tanki X se veut le successeur spirituel de Tanki Online: combats de tanks comme quand on était gosse et style arcade sans prise de tête. La présentation commence par un CG trailer haut en couleurs où ça pète de partout avec une course poursuite en chars d’assaut à la GTA. Déception sur le champ de bataille, où l’action n’est pas aussi dynamique qu’on pourrait l’imaginer. Logique quand on pilote un tank, mais bon on nous avait promis un TPS arcade, quoi !

Bonne nouvelle quand même, le jeu sera bien en free-to-play et l’argent ne servira qu’à s’offrir des skins pour grossir ton canon et avoir l’air plus badass. Le choix de tourelles et de la base offre un large panel de possibilités pour s’adapter au style de chacun, sans trop tomber dans l’extravagant. On a même droit au lance-flammes, lance-glace et rayon vampire. Les bonus disponibles permettent de tenter des coups d’éclat et les modes multi-joueurs sont éprouvés et sans surprise. Avec un mode « histoire » sans doute anecdotique, on a tous les ingrédients pour faire un jeu qui plaît. (NdFounet: Saurez-vous détecter l’ironie impertinente dont fait preuve notre stagiaire?).

Verdict, un jeu qui amuse, mais auquel il manquerait une facette de fun déconnatoire. Juste quelques mécanismes de plus pour permettre de pimenter les duels et d’autres stratégies que l’assaut frontal ou le camping, c’est tout ce qu’on demande! Au final, il me reste un petit goût de Quake en chaise roulante. Amateurs, il nous reste des clés pour la béta en rayon pour se faire un avis! Encore tièdes et croustillantes, demandez-les à founet@semperludo.com

Author: Vertigo

Un jour de départ à la Gamescom, une gastro foudroyante avait terrassé pratiquement l’ensemble de la rédaction de Semper Ludo. C’est donc sur un quai de gare que fût recruté Vertigo, à titre de stagiaire porte-gobelet. Il aurait pu s’appeler Augustin, mais non. Le pérégrin sillonnait la région, à pied nus, bien dans ses baskets, en quête d’une pauvre âme à soulager d’un fardeau, d’un prochain à aider ou d’une veuve à dés-éplorer. Sa 3DS ne quitte jamais sa poche et il est doté d’une connaissance de la culture japonaise éclairée et d’une sagesse mystique lorsqu’il s’agit de refuser les petits fours d’un éditeur véreux (ceux aux anchois). Il boxe dans la catégorie Nintendo depuis la NES, mais ne rechigne pas à tâter du PC et sait lire dans les étoiles les mouvements de ses adversaires sur Towerfall. Vertigo a ainsi embrassé (avec la langue) la cause semperludienne et a su prouver sa valeur en gagnant ses galons de chroniqueur. Certaines rumeurs et Paris Match affirment qu’il est capable de parler aux yoshis les soirs de pleines lunes et qu’il les rejoindra lorsque le moment sera venu. En attendant, on lui demande juste de rendre ses textes.

Share This Post On

Laisser un commentaire