Gamescom 2016: Horizon Zero Dawn ne se dévoile que très peu chez Sony.

En me rendant en terres teutonnes peu de choses me titillaient la manette, mais Horizon figurait clairement parmi ceux que j’avais hâte de tripatouiller. Malheureusement, on ne peut pas dire qu’on en a appris beaucoup plus, ni que ce qu’on a vu soit vraiment excitant, pour le moment.

Mes sourcils ont tout de même trahi l’intérêt que je tentais de dissimuler derrière mon visage figé en une expression blasée, lorsque les mots « 30 minutes de démo jouable » ont été prononcés. Effectivement, après une première demi-heure de présentation par Guerrilla Games de la phase dévoilée à l’E3, me voilà commandes en mains, prêt à en découdre avec ces étranges bestioles mécaniques. La coriace Aloy, chasseuse de son état, se retrouve donc dans une clairière dans laquelle « paissent » tranquillement des créatures robotiques à la morphologie bovine. La zone de jeu est assez restreinte est chaque fois que je m’éloigne du centre, un message m’avertit que la démo va recommencer si je ne fais pas demi-tour. En revanche, la carte laisse entrapercevoir plusieurs types d’environnements (désert, neige, etc.). Je suppose que cette séquence se situe plutôt au début de l’histoire puisque les quelques objectifs proposés concernent la chasse. Il faut tour-à-tour attaquer discrètement deux trucs ressemblant à des raptors, dompter un de ces « taureaux », tirer sur quatre réservoirs sur le dos d’un « cerf » et s’emparer de la cargaison transportée par l’un des « crabes ». Chose intéressante, les câbles que l’on tire pour attacher sa cible au sol se figent réellement à l’endroit visé et non pas de manière générique. Il faudra alors en faire bon usage pour savoir quand ce sera le plus efficient. Puis, comme je suis très fort, si si c’est la productrice de Guerilla qui me l’a dit, elle a fait apparaître le boss que nous avions vu dans la séquence de l’E3 (si jamais cette démo croise votre route, on sait jamais, il suffit d’appuyer pendant environ 30 secondes sur le pavé tactile de la manette) et les choses sérieuse ont commencé. Il faut analyser l’ennemi pour faire apparaître ses points faibles, fabriquer des flèches de différents types et jongler entre les armes pour terrasser cette espèce d’araignée. Le combat était vraiment dynamique et j’ai apprécié cette tension, alors que la partie précédente était vraiment (trop) plan-plan. Le collègue de Joypad.ch (Ciao a tutti!) à côté de moi, admiratif de mes skills, a également demandé à pouvoir profiter de cet ajout pour relever un peu le tout. Autrement dit, ce qu’on a pu tester, était très beau (effet de lumière dans la végétation) mais peu convaincant en matière de mécaniques de jeu.

Horizon Zero Dawn Gamescom 2016 rollupSi la présentation en première partie nous a permis d’en savoir un peu plus (mais vraiment peu) sur l’univers, c’est là-dessus que réside le réel intérêt pour Horizon: Zero Dawn. L’équipe a ainsi à peine levé le voile sur certains mystères que nous devrons comprendre, comme par exemple que le « boss » est un robot de style ancien, et a surtout servi un plateau de dégustation de l’ambiance de leur jeu sur fond de quête identitaire. Nous avons vu les habitants d’un village panser leurs blessures et consolider leurs défenses après une attaque de bêtes corrompues. Le tout était très vivant et voir la carcasse gigantesque et fumante de l’un de ces « t-rex » juste devant les portes créait une atmosphère impressionnante. Les mouvements des robots, de tous les types, sont d’ailleurs extrêmement fluides et ont définitivement quelque chose d’animal. Ceci participe au développement de cet univers qui  me plait définitivement beaucoup. Je pense qu’il ne faudra pas attendre un gameplay surprenant, qui sera très similaire à beaucoup de jeux d’action actuels (tirer, se planquer dans les hautes herbes, esquiver, etc.) et je regrette déjà l’ajout du « viseur » oculaire d’Aloy, qui permet d’analyser et marquer les ennemis, mais on peut escompter que le reste soit au minimum à la hauteur de la classe de ses artworks. J’en espère pas moins, sinon ça fera un peu cher du générateur de fonds d’écran.

Sortie prévue pour février-mars 2017 sur PS4.

Author: Founet

A ne pas confondre avec le village vaudois, est à peine plus jeune qu’une Famicom. Vouant un culte à George, il découvrit son amour du jeu vidéo et de la techno allemande pendant les grandes années de Lucas Arts. De ses nombreuses heures passées à cliquer lui vient son humour absurde et sa cleptomanie. Frappé d’une mystérieuse malédiction, les machines semblent se rebeller lorsqu’il les manipule ou fait mine de les regarder. Founet ne roule jamais en-dessous de 88 miles à l’heure et rêve de maîtriser la télékinésie grâce à la Force. En attendant de passer maître Jedi, il joue à la Wii U. Accessoirement rédacteur en chef, quand il arrive à se faire entendre des autres, qui mettent le son trop fort, les farceurs.

Share This Post On

Laisser un commentaire