E3 2019 – Nintendo Direct

Arrivant au terme de l’E3, il reste toujours le dessert. Nintendo se présentant souvent après tous les autres, c’est parfois le moment où les convives n’ont déjà plus faim. Mais parfois, il suffit que ce soit suffisamment appétissant pour que l’on oublie qu’on a déjà la ceinture qui serre trop. Qu’en est-il de cette édition 2019?

Vous êtes un homme pressé? Vous êtes un mannequin glacé avec un teint de soleil? Alors si vous voulez la version courte, la vidéo ci-dessous vous résume tout en cinq minutes.

Par contre, si vous avez le temps, voici ce qui a retenu mon attention pendant la présentation de ce Nintendo Direct (et la vidéo entière du Nintendo Direct se trouve ici). Forcément, on était obligé d’avoir une petite vanne sur le fait que le nouveau président de Nintendo of America a pour nom de famille Bowser. Mais ce n’était de loin pas ce qu’on a vu de plus embarrassant. Au contraire, cette touche d’humour s’est aussi retrouvé dans l’annonce de Banjo & Kazooie comme nouveau combattant pour Super Smash Bros. Ultimate. Héhé, j’avoue, je me suis bien marré.

  • Mais ce qui a complètement rendu hystérique la planète jeux vidéo (NdVertigo: et moooiiii !) , c’est les quelques secondes qui ont clos ce Nintendo Direct. On a donc obtenu la confirmation qu’une suite au grandiose Legend of Zelda: Breath of the Wild est en préparation. Néanmoins, keep calm et lisez Internet jusqu’au bout, comme on dit, parce que nous n’avons eu que cette cinématique, certes mystérieuse, et c’est tout. Ce n’est donc pas à venir pour tout de suite. Tant mieux! Prenez-donc votre temps, M. Aonuma.

  • Personnellement, c’est surtout l’arrivée toute prochaine de Luigi’s Mansion 3 qui m’a émoustillé. Les deux premiers, respectivement sur GameCube et 3DS, étaient excellents et je me réjouis de retrouver ce Ghostbuster à la sauce trouillard. Notez bien que cette vidéo d’annonce est ce qui se fait de mieux, puisqu’elle installe une ambiance, mais montre également au moins une nouveauté en matière de gameplay! En l’occurrence, il s’agit du « Gooigi« , le double en gelée de Luigi, déjà présent dans le remake du premier sur 3DS. Mais il semble prendre un rôle plus conséquent ici. Vivement la fin de l’année.

Plus d’infos (timing directement ajusté, fin du sujet 4:42:00)

Et pour le mode coopératif:

  • Dans la famille des remake, j’aimerais la carte The legend of Zelda: Link’s Awakening. Sorti à l’origine sur GameBoy, il fait un peu office d’ovni, puisqu’il prend place dans un autre contexte que le pays d’Hyrule et que certaines mécanique changent. Je suis un peu partagé, car autant l’original était excellent et qu’il semble y avoir pas mal de nouveautés dans cette nouvelle mouture, autant la direction artistique me laisse perplexe. Elle ne me semble pas bien coller avec l’esprit du jeu (et de son message final). On en saura plus en l’explorant sur Switch dès le 20 septembre de cette année.

Plus d’info (timing directement ajusté, fin du sujet 2:52:00)

  • Marvel Ultimate Alliance 3: The black Order est le troisième volet de la saga, mais le premier produit par Nintendo. Il s’agit donc d’une exclusivité. C’est pour son côté coop que je lui accorde une pointe d’intérêt pour le moment. Jouable visiblement à quatre, on y retrouvera un habituel gloubi-boulga de tous les personnages de la maison d’édition. A découvrir cette année encore.

Plus d’info (timing directement ajusté, fin du sujet 3:29:00)

  • Un peu sur le même degré d’attente (suivant mon opinion), on retrouve No More Heroes 3. Si chaque épisode réserve son lot de surprises, Travis Strikes Again n’a pas vraiment su convaincre sur Switch. Alors ne jetons pas tout tout de suite, mais restons désinvoltes et n’ayons l’air de rien.

  • Et une incursion de Paradox Interactive sur Switch, en collaboration avec Romero Games, par le truchement d’Empire of Sin. Ce jeu de stratégie en tour par tour aurait peut-être pu être la justification nécessaire pour que Zyvon s’achète une Switch (NDZyvon: D’abord ça s’écrit Swatch, et ensuite j’ai déjà une montre), s’il n’était pas également prévu sur PC.

  • Le reste des annonces ne m’a malheureusement pas vraiment chamboulé. Trois nouveaux volets viennent compléter des séries déjà existantes, à savoir Animal Crossing: New Horizons

dont on retrouve plus d’informations ici (timing directement ajusté, fin du sujet 2:16:00)

  • mais aussi Mario & Sonic aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020

  • et enfin Fire Emblem Three Houses

  • Puis une pluie de remake avec pêle-mêle Dragon Quest XI (dont on retrouve aussi des personnages dans Super Smash Bros. Ultimate), Trials of Mana (et Mana Collection qui contient l’inoubliable Secret of Mana), The Witcher 3 (qui a permis à CD Projekt Red de sortir un # pile à propos avec #TheSwitcher, mais laisse quelques doutes flotter quant à la jouabilité), Resident Evil 1 (qui avait déjà été annoncé auparavant, tout comme l’épisode 0, mais on apprend l’arrivée également de Resident Evil 5 & 6 – probablement parmi les pires épisodes de la saga), Panzer Dragoon (dont je garde un bon souvenir dans les années 90, mais dont on peut questionner l’attente réelle aujourd’hui. Surtout que ce qui a été montré semblait toujours aussi lent et mou).

  • Et enfin les jeux qui, euh, s’adressent à des publics particuliers?

  • On en oublierait presque la dose traditionnelle de Pokémon. On en a donc appris un peu plus sur Sword & Shield qui sortira le 15 novembre (plus d’info ici, timing directement ajusté, fin du sujet 1:43:00),

Tel un invité surprise dans un buffet à volonté, la Switch continue à avaler tout ce qu’elle peut, sans avoir peur des kilos superflus de son catalogue. La plupart des annonces seront assez dispensables pour les joueurs les plus assidus qui ont déjà pu découvrir ces titres par le passé. Mais la carte de la nostalgie/passion semble toujours faire son effet, en tout cas en terme de rentabilité. Néanmoins, je dois bien reconnaître que, par rapport aux parcours respectifs de la Wii et de la WiiU, il y a quand même nettement plus à se mettre sous la dent avec la Switch, et pour tous les goûts. Un petit digestif?

Author: Founet

A ne pas confondre avec le village vaudois, est à peine plus jeune qu’une Famicom. Vouant un culte à George, il découvrit son amour du jeu vidéo et de la techno allemande pendant les grandes années de Lucas Arts. De ses nombreuses heures passées à cliquer lui vient son humour absurde et sa cleptomanie. Frappé d’une mystérieuse malédiction, les machines semblent se rebeller lorsqu’il les manipule ou fait mine de les regarder. Founet ne roule jamais en-dessous de 88 miles à l’heure et rêve de maîtriser la télékinésie grâce à la Force. En attendant de passer maître Jedi, il joue à la Wii U. Accessoirement rédacteur en chef, quand il arrive à se faire entendre des autres, qui mettent le son trop fort, les farceurs.

Share This Post On

Laisser un commentaire